Échec de la mise en orbite de satellites européens avec de la technologie belge à bord

Le lanceur européen Vega qui devait mettre en orbite deux satellites pour le compte de l'Europe dans la nuit de lundi à mardi depuis Kourou a essuyé "une anomalie" dans sa "trajectoire" 8 minutes après le décollage, conduisant à l'échec de la mission, a annoncé Arianespace. La société belge Spacebel avait été impliquée à divers degrés dans cette mission.

Le lanceur léger Vega qui avait décollé à 22H52 depuis Kourou en Guyane française (02H52 HB) a rencontré une "anomalie" du fait d'une "déviation de la trajectoire".

"Huit minutes après le décollage de la mission, immédiatement après le premier allumage du moteur du quatrième étage, une dégradation de la trajectoire a été constatée, entraînant la perte de la mission", a indiqué par la suite Arianespace dans un communiqué.

Pour son deuxième lancement de l'année, Vega devait placer à 700 kilomètres d'altitude deux satellites d'observation de la Terre et des phénomènes naturels pour le compte de l'Europe, au cours d'une mission d'une durée d'1 heure et 42 minutes.

Le lanceur comptait également à son bord Taranis, le premier satellite conçu pour observer les phénomènes électromagnétiques radiatifs et lumineux survenant à des altitudes comprises entre 20 et 100 km au-dessus des orages. La société belge Spacebel a fourni le système informatique de démarrage des huit instruments à bord de Taranis, ainsi que le logiciel de vol principal de la charge utile.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK