Echange de corps de combattants après une trêve à la frontière libano-syrienne

Echange de corps de combattants après une trêve à la frontière libano-syrienne
Echange de corps de combattants après une trêve à la frontière libano-syrienne - © ANWAR AMRO - AFP

Le mouvement libanais Hezbollah et des djihadistes ont entamé dimanche un échange de corps de combattants, première phase d'un cessez-le-feu conclu à la frontière libano-syrienne après une semaine d'affrontements entre les deux bords.

La trêve, annoncée jeudi par le Hezbollah, mettait fin à une offensive du mouvement chiite contre des combattants du groupe djihadiste sunnite Fateh al-Cham (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda qui portait le nom de Front Al-Nosra) dans la région frontalière de Jouroud Aarsal, dans l'est du Liban.

Première phase de l'accord

Dimanche, l'organe de presse du puissant parti libanais qui combat en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad a indiqué que la "première phase de l'accord" avait débuté.

"Les corps de neuf combattants d'Al-Nosra seront rendus à la Sûreté générale libanaise contre les dépouilles de cinq combattants du Hezbollah morts dans les combats de Jouroud Aarsal", a précisé la même source.

La Sûreté générale, importante institution gouvernementale qui s'occupe de la sécurité de l'Etat libanais, fait office d'intermédiaire entre le Hezbollah et les djihadistes.

Selon l'accord, les corps des combattants djihadistes doivent être transférés vers la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), dominée par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda et l'une des dernières à échapper totalement au régime d'Assad.

Des milliers de réfugiés syriens

Le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a évoqué jeudi le transfert vers cette province de combattants et de réfugiés avec l'aide de la Croix-Rouge.

Le Hezbollah avait lancé le 21 juillet une offensive à Jouroud Aarsal, une zone montagneuse où se sont implantés des groupes djihadistes sunnites venus de la Syrie voisine et qui abrite, dans des camps informels, des milliers de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays.

Le puissant parti y a organisé plusieurs visites pour les médias, notamment dans une présumée base souterraine utilisée par les djihadistes.

Frontière libano-syrienne le 1er août

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK