Dumping social: 8 pays veulent une mobilité juste et une concurrence loyale

Plusieurs premiers ministres tentent de  trouver une solutions au problème du dumping social lors du conseil européen de Bruxelles ce 25 juin : Mark Rutte (Pays-Bas),  Stefan Lofven (Suède),  Xavier Bettel (Luxembourg) et Charles Michel (Belgique).
Plusieurs premiers ministres tentent de trouver une solutions au problème du dumping social lors du conseil européen de Bruxelles ce 25 juin : Mark Rutte (Pays-Bas), Stefan Lofven (Suède), Xavier Bettel (Luxembourg) et Charles Michel (Belgique). - © DIRK WAEM - BELGA

Le Premier ministre belge Charles Michel a appelé jeudi à prendre d'urgence des mesures pour lutter contre le dumping social, à l'issue d'une conférence consacrée à ce sujet qui réunissait les responsables politiques de six pays, de la Commission européenne et du Parlement européen.

"J'ai fait des propositions très concrètes: les entreprises qui détachent des travailleurs devraient avoir une activité régulière dans le pays d'origine, il faut travailler à une harmonisation des contrôles en Europe, et les cotisations sociales doivent être payées dans le pays où le travail est effectué", a détaillé Charles Michel à la sortie de la réunion.

"Une coalition de bon sens"

Celle-ci était organisée à la demande du Premier ministre suédois, le socialiste Stefan Löfven, par les Premiers ministres belge Charles Michel, luxembourgeois Xavier Bettel et néerlandais Mark Rutte. Participaient aussi le chancelier autrichien Werner Faymann, le Premier ministre tchèque Boruslav Sobotka, la commissaire européenne aux Affaires sociales et à la Mobilité des travailleurs Marianne Thyssen et le président du Parlement européen Martin Schulz.

"C'est une coalition de bon sens", a commenté Charles Michel sur la présence de socialistes et de libéraux à la réunion. "La libre circulation des travailleurs est une valeur ajoutée, mais il y a une forte volonté politique de lutter contre le dumping social et de mettre plus de concurrence loyale en Europe."

"Nous avons réellement besoin de la mobilité des travailleurs, mais cette mobilité doit être juste et perçue comme telle", a pour sa part souligné Marianne Thyssen.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK