DSK: la prochaine audience est reportée au 1er août

"Nous espérons que d'ici là, le procureur prendra la décision nécessaire d'abandonner les charges contre M. Strauss-Kahn", écrivent Benjamin Brafman et William Taylor, les avocats américains de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international, dans un communiqué.

De son côté, le procureur Cyrus Vance a confirmé le report de l'audience au 1er août, précisant que "l'enquête sur cette affaire se poursuivait".

"Aucune décision n'a été prise", a souligné son bureau dans un communiqué.

L'ancien directeur général du FMI devait comparaître le 18 juillet devant la tribunal pénal de Manhattan. Il est visé par sept chefs d'accusation, dont "séquestration" et "tentative de viol", un crime passible de plusieurs dizaines d'années de prison, et pour lesquels il a déjà plaidé "non coupable".

DSK est poursuivi pour crimes sexuels à la suite de la déposition d'une femme de chambre guinéenne qui prétend avoir été violée le 14 mai dans une suite de l'hôtel Sofitel à New York.

"Le but de l'ajournement (de cette audience) est de permettre aux deux parties de poursuivre leur enquête sur cette affaire", a expliqué le bureau du procureur sans donner davantage de précisions sur les suites de la procédure.

Le 1er juillet, Dominique Strauss-Kahn a été libéré de son assignation à résidence. L'apparition de contradictions dans le récit, sous serment, de la victime présumée a ébranlé l'accusation. Les avocats de l'ancien ministre parient maintenant sur le non-lieu, faute de témoin suffisamment fiable.

Le procureur du Manhattan pourrait dès lors tenter de boucler l'affaire en proposant à DSK un accord dans lequel il plaiderait coupable des accusations les moins lourdes en échange de l'abandon des charges criminelles.

Ce scénario, pour l'heure, ne semble pas se rapprocher. Mercredi dernier, à l'issue d'une réunion avec les avocats de l'ex-patron du FMI, le bureau du procureur avait indiqué que l'enquête se poursuivait et que les charges étaient maintenues.

Le lendemain de cette rencontre, les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient répété que leur client refuserait de plaider coupable du moindre chef d'accusation, même secondaire, si le procureur de Manhattan lui proposait un accord en vue de boucler l'affaire.


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK