DSK dit que Tristane Banon ment à propos de la confrontation

Dominique Strauss-Kahn quitte le bureau de police après la confrontation avec Tristane Banon
Dominique Strauss-Kahn quitte le bureau de police après la confrontation avec Tristane Banon - © ETIENNE LAURENT (EPA)

L'ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, qui "conteste formellement" avoir agressé son accusatrice française, Tristane Banon, affirme qu'"elle ment aussi à propos du déroulement de la confrontation" organisée jeudi matin à Paris, selon un communiqué de ses avocats.

"Dominique Strauss-Kahn conteste formellement avoir agressé Mme Tristane Banon et constate qu'elle ment aussi à propos du déroulement de la confrontation intervenue ce matin", ont déclaré dans un communiqué ses avocats Me Frédérique Baulieu et Henri Leclerc.

Un peu plus tôt, la romancière avait affirmé sur la chaîne de télévision privée TF1 qu'elle maintenait qu'"il y avait eu une tentative de viol" de Dominique Strauss-Kahn à son encontre en 2003.

"M. Dominique Strauss-Kahn maintient intégralement ce qu'il a dit au sujet du rapport du procureur américain qui conclut à l'abandon des poursuites pour des raisons de fond et rappelle qu'il n'a évoqué son immunité qu'à l'issue de la procédure pénale, et dans le seul cadre de la procédure financière engagée à New York", ajoutent ses avocats.

Sur la chaîne TF1, Tristane Banon avait maintenu qu'"il y avait eu une tentative de viol" en 2003, motif pour lequel elle a porté plainte en juillet contre DSK. Elle a toutefois reconnu que huit ans après les faits allégués "la preuve matérielle, elle n'existe pas".

Réagissant à l'évocation de son immunité diplomatique par la défense de DSK dans la procédure civile toujours en cours aux Etats-Unis, la romancière s'était interrogée : "ça veut dire quoi l'immunité diplomatique? Ca veut dire que quand on a l'immunité diplomatique on a le droit d'agresser les femmes, de tenter de les violer?"

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK