Drame en Méditerranée: réunion d'urgence prévue, crédibilité de l'UE en jeu

L'Union européenne s'est dite "profondément affectée". "Des vies humaines sont en jeu, et l'Union européenne dans son ensemble a l'obligation morale et humanitaire d'agir", a réagi la Commission, qui prépare une nouvelle stratégie sur l'immigration qui doit être adoptée mi-mai.

Mais en plus de cette stratégie, des "mesures immédiates sont nécessaires. (...) Tant que les pays d'origine et les pays de transit ne prendront pas des mesures pour éviter ces traversées désespérées, des gens continueront à mettre leur vie en péril. Une grande partie de notre approche est de travailler avec les pays tiers", a insisté l'exécutif européen.

D'après la responsable de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, ce drame sera à l'agenda d'une réunion des ministres des Affaires étrangères lundi à Luxembourg.

Nous avons dit trop souvent "plus jamais ca" affirme Federica Mogherini mais tant que les pays d'origine des migrants et les pays de transit ne prennent pas des mesures pour éviter ces traversées désespérées, des gens continueront à mettre leur vie en péril, affirme de son côté la Commission européenne.

L'Union européenne est à nouveau face à un constat d'échec. En octobre 2013, après un drame similaire, où 366 migrants s'étaient noyés tout près de Lampedusa, l'Italie avait mis en place l'opération Mare Nostrum. Cette opération qui a permis de sauver pus de 150 000 personnes a été jugée trop coûteuse et parfois accusée de favoriser l'immigration, et Mare Nostrum a pris fin il y a six mois. Et c'est le programme Triton qui lui a succédé : une mission de surveillance et non plus de sauvetage.

Manifestement cela ne suffit pas. Pour plusieurs raisons: les Syriens et les Irakiens ont bien des raisons de fuir leur pays, en Afrique les subsahariens ont toujours autant de raisons de fuir les persécutions ou la misère. Et les passeurs de profiter de situations instables pour organiser un trafic très rentable.

C'est sans doute tout le dispositif qu'il faut revoir, y compris la procédure dite Dublin 2, qui oblige le migrant à demander l'asile dans le pays par où il est entré dans l'Union.

Une crédibilité en jeu pour l'UE

La Commission européenne, qui prépare une nouvelle stratégie sur l'immigration, a souligné que "des vies humaines sont en jeu, et l'Union européenne dans son ensemble a l'obligation morale et humanitaire d'agir".

Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a averti qu'il en va de la "crédibilité" de l'Europe.

Berlin et Paris ont appelé à intensifier la lutte contre les passeurs. "Toutes les polices d'Europe et les autorités chargées de surveiller les frontières doivent mobiliser l'ensemble de leurs forces pour lutter contre les bandes de passeurs criminelles qui font des affaires avec la misère humaine", a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel.

Le président français François Hollande a exhorté les pays de l'UE à agir en renforçant "le nombre de bateaux" de surveillance et en proposant "plus de survols" aériens en Méditerranée.

En revanche, le Premier ministre italien Matteo Renzi, a estimé que "ce n'est pas avec dix bateaux de plus ou de moins" que le problème sera réglé.

De son côté, la chef de la diplomatie de l'UE, l'Italienne Federica Mogherini, a décidé de mettre cette question à l'agenda de la réunion des ministres des Affaires étrangères lundi à Luxembourg.

Les ministres des 28 doivent discuter lundi de l'assistance que pourrait fournir l'UE à un gouvernement d'unité nationale actuellement en pourparlers en Libye, seule garantie à leurs yeux de réconciliation politique, et seul moyen d'endiguer le flot de migrants.

Appel de l'ONU pour un partage de la charge des réfugiés

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé dimanche la communauté internationale à partager la prise en charge des réfugiés.

M. Ban, qui s'est dit "choqué et profondément attristé" par l'annonce du naufrage, dans la nuit de samedi à dimanche au large des côtes libyennes, d'un chalutier qui aurait fait près de 700 morts, "appelle la communauté internationale à la solidarité et au partage de la charge face à cette crise", selon un communiqué publié par son porte-parole.

Gérard Deprez et Louis Michel pour un système d'asile européen

"L'Union Européenne doit protéger les vies humaines : plaidoyer pour un système d'asile européen centralisé avec des États membres solidaires et responsables", demandent les députés européens Gérard Deprez et Louis Michel.

"Nous insistons pour que l'Union européenne et ses États membres créent des voies légales, sûres et efficaces permettant à tous ceux qui fuient des pays ravagés par les conflits et dont le statut de réfugié ne fait aucun doute d'accéder au territoire de l'Union européenne sans avoir à mettre leur vie entre les mains de criminels", poursuivent-ils dans un communiqué.

Les deux députés européens demandent aussi "la création d'un système européen centralisé pour le traitement des demandes d'asile".

Le PS réclame aussi une "véritable politique d'immigration au niveau européen"

Le président du PS, Elio Di Rupo, a réclamé dimanche la mise sur pied d'une "véritable politique d'immigration au niveau européen" pour éviter d'autres drames après ce nouveau naufrage.

M. Di Rupo a indiqué dans un communiqué avoir appris ce dernier naufrage "avec une indicible douleur".

Selon le président du PS, "il est intolérable que, de nos jours, des personnes puissent encore mourir d'avoir voulu chercher ailleurs des conditions de vie décentes. Il faut tout mettre en oeuvre pour éviter de nouveaux drames à l'avenir".

Pour le PS, il est grand temps de mener une véritable politique d'immigration au niveau européen.

Certains ministres des Affaires étrangères européens ont pris une position commune au sujet de l'immigration et de la politique européenne en la matière.

"Le PS se joint à leur appel pour exiger une réponse claire de l'Europe, s'attaquant aux réseaux criminels qui profitent de la vulnérabilité de ces migrants. L'Europe doit développer une politique cohérente proposant des solutions concrètes en termes de stabilité et de développement des pays d'origine ou de transit", ajoute le texte.

Le PS souligne que la Belgique ne s'est pas jointe à ce positionnement et annonce qu'il interpellera le gouvernement fédéral pour qu'il porte ce débat au plan européen.

Le PS déposera par ailleurs une proposition de résolution au parlement européen afin d'évaluer l'action de Frontex (l'Agence européenne pour la sécurité et les frontières extérieures) et la politique européenne de surveillance des frontières, a conclu M. Di Rupo.

Amnesty International et MSF: "cette catastrophe aurait pu être évitée"

"Ces dernières morts en mer sont un choc, mais pas une surprise", avance John Dalhuisen, directeur d'Amnesty International pour l'Europe et l'Asie centrale. "Il est temps que les gouvernements européens fassent face à leurs responsabilités et mettent en place d'urgence un opération multinationale concertée pour sauver des vies."

Même constat du côté de MSF, qui estime que les "politiques mises en oeuvre par l'Union européenne sont en train de transformer la mer Méditerranée en un véritable cimetière". "Nous n'avons plus le temps de la réflexion, il faut agir maintenant", insiste Loris De Filippi, président de MSF Italie. "Mettre fin au programme italien de sauvetage en mer Mare Nostrum était une erreur funeste. Les Etats membres de l'UE doivent immédiatement mettre en place une opération similaire à large échelle composée de patrouilles de recherche naviguant au plus près des côtes libyennes. Les moyens mis en oeuvre actuellement sont insuffisants, comme le montrent les catastrophes de ces derniers jours. Cette tragédie n'est hélas pas la dernière, à moins que l'Europe n'affiche enfin la volonté de réagir."

Selon MSF, la "vraie" solution pour éviter des morts supplémentaires serait de mettre en place des voies d'accès "sûres et légales" pour les migrants et demandeurs d'asile.

RTBF avec Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK