"Donald Trump se soucie peu des fondations politico-historiques de l'Union européenne"

Le président américain Donald Trump lors d'une réunion avec des dirigeants syndicaux ce lundi à la Maison Blanche
Le président américain Donald Trump lors d'une réunion avec des dirigeants syndicaux ce lundi à la Maison Blanche - © SAUL LOEB - AFP

Quelles pourraient être les conséquences pour l'Union européenne de la présidence de Donald Trump qui s'est inaugurée vendredi dernier ? On le sait, le nouveau président américain prône une approche plus protectionniste des relations internationales. Il s'est réjouit ouvertement du Brexit, qui selon lui n'est qu'un début. Il estime en effet que le détricotage de l'Union européenne pourrait aller plus loin. Donald Trump dénonce également une OTAN devenue obsolète, alors même que la Russie se fait plus inquiétante aux frontières de l'Europe. 

Alors, l'Union européenne a-t-elle vraiment des raisons de s'inquiéter des politiques de Donald Trump ? Sebastian Santander, professeur de relations internationales à l'Ulg et au Collège d'Europe, était l'invité de Arnaud Ruyssen ce lundi dans Soir Première. Pour lui, si Donald Trump transforme ses promesses de campagne en réalité, il est évident que cela aurait des répercussions sur l'Union européenne : "Les Européens risquent de subir un certain nombre de politiques qui vont être mises en place par l'administration Trump. Je pense notamment à la place des Etats-Unis au sein de l'OTAN. Dans son discours d'investiture, Donald Trump a clairement indiqué qu'il ne voulait plus que les Etats-Unis paient pour protéger les frontières d'autres Etats. Evidemment, en message subliminal, il faut comprendre les frontières des Etats européens. (...) Il a qualifié l'OTAN d'organisation obsolète, qui n'a pas été capable de lutter contre le terrorisme".

Une logique basée sur le calcul coût / bénéfice

Sebastian Santander note aussi que la vision que développe Donald Trump des relations des Etats-Unis avec le reste du monde n'est pas vraiment compatible avec l'Union européenne : "Il pense que le monde se résume essentiellement à la place des Etats dans les relations internationales, et que les Etats-Unis peuvent mener une politique unilatérale. Et ce, à travers le commerce ou d'autres politiques. Donc c'est clair que l'Europe risque de souffrir de cette politique là puisque l'Union européenne est une construction supranationale extrêmement complexe. Et d'ailleurs, les Etats-Unis ont toujours eu du mal à comprendre le fonctionnement de cette organisation. Il faut savoir aussi que Monsieur Trump, me semble-t-il, se soucie très très peu des fondations politico-historiques de l'Union européenne. Ce qui l'intéresse, c'est une logique basée sur le calcul coût / bénéfice. Donc, ce que vont lui apporter ses relations avec les pays tiers. Et là, il est dans une logique plus bilatérale et moins dans une logique de relations entre les Etats-Unis et l'Union européenne".

Des négociations individuelles pour renforcer les Etats-Unis

Et c'est sans doute pour cette raison que Donald Trump a applaudi des deux mains le Brexit et appelle de ses vœux d'autres divorces de ce type : "Cela permettrait aux Etats-Unis d'avoir un rapport de force très favorable dans leurs relations bilatérales avec ces pays. Une relation de négociations commerciales de manière individuelle avec les pays. Et ça montre bien la logique et la philosophie de l'administration Trump qui est une philosophie du business".

Autrement dit, Donald Trump verrait d'un assez bon œil que d'autres pays quittent l'Union européenne. Cela permettrait aux Etats-Unis d'avoir un rapport de force plus favorable - notamment dans les négociations commerciales - que face à des Européens unis à l'intérieur de l'Union européenne. 

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK