Donald Trump se sert de la caravane des migrants centraméricains à des fins politiques

Donald Trump se sert de la caravane des migrants centraméricains à des fins politiques
Donald Trump se sert de la caravane des migrants centraméricains à des fins politiques - © Gage Skidmore

"Les Démocrates veulent des caravanes, les Démocrates aiment les caravanes". Propos signés Donald Trump, c’était le 20 octobre dernier, lors d’un meeting dans le Nevada. En pleine campagne pour les prochaines élections de mi-mandat – il ne cesse d’insister auprès des électeurs républicains d’aller voter - le président américain ne rate pas une occasion de s’attaquer aux Démocrates. Et la caravane de migrants centraméricains qui traverse actuellement le Sud du Mexique lui donne la possibilité de placer au cœur de l’actualité l’un de ses thèmes de prédilection: l’immigration.

"Il est évident que le président américain utilise cette caravane à des fins politiques " analyse Tanguy Struye de Swielande, professeur de Relations internationales à l’UCL. Il a d’ailleurs affirmé que des gens venus du Moyen Orient avaient infiltré la caravane. Il y a donc clairement une volonté d’instrumentaliser la question. Cela ne va peut-être pas lui amener de nouveaux électeurs en provenance des Indépendants et des Démocrates mais cela peut mobiliser encore plus sa base électorale.

Opération "Patriote fidèle"

Pour empêcher cette caravane d’arriver à destination, autrement dit sur le sol américain, Donald Trump a donc décidé d’envoyer 5200 militaires américains à la frontière avec le Mexique. Baptisée "Patriote fidèle", cette opération doit permettre de renforcer les postes-frontières du Texas à la Californie et apporter un soutien logistique aux agents du service des douanes et de la protection des frontières (CBP) sur d'autres zones moins bien protégées.

"D'ici à la fin de la semaine, nous allons déployer plus de 5200 soldats à la frontière sud-ouest" qui s'ajouteront aux 2100 membres de la Garde nationale déjà mobilisés", a affirmé le général Terrence O'Shaughnessy lors d'une conférence de presse.

Une mesure purement symbolique selon Tanguy Sturye de Swielande : "C’est purement symbolique puisque les forces militaires ne peuvent pas intervenir sur le sol américain, sauf cas vraiment exceptionnel. Sur le terrain, le renfort de ces hommes ne sert donc pas à grand-chose, ils ne pourront faire que de la logistique".

"Nous allons construire une ville de tentes" 

Le président américain ne se contente pas de l’envoi de ces milliers de militaires, il prévoit aussi de loger sous tente les migrants qui souhaitent demander l’asile, le temps que soit examinée cette demande. "S'ils demandent l'asile" a-t-il dit hier soir sur Fox News, "nous allons les retenir jusqu'à ce que leur cas soit examiné. Nous les retiendrons, nous allons construire des villes de tentes, nous allons dresser des tentes partout là-bas. Nous n'allons pas construire des structures et dépenser des centaines de millions de dollars, nous allons mettre des tentes, elles seront très bien, et ils devront attendre, et s'ils n'obtiennent pas l'asile, ils s'en vont", a conclu Donald Trump.

JT 13h

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK