Donald Trump "incompétent" face au coronavirus ? Toutes les fois où le président américain s'est moqué de l'épidémie

Voir cette publication sur Instagram

Donald Trump, testé positif au Covid-19. C’est lui-même qui a communiqué l’information via Twitter. Sa femme, Melania Trump, est elle aussi positive. Ils ont sans doute été contaminés par une proche conseillère du président américain, Hope Hicks. Elle a été testée positive et elle était à bord d’Air Force One lors du déplacement de Donald Trump à Cleveland, pour le débat face à Joe Biden. Depuis le début de la crise sanitaire, Donald Trump est très critiqué pour sa gestion de l’épidémie, par ses adversaires mais aussi par des scientifiques et certains élus de son propre camp. Il a souvent tenu des propos contradictoires/polémiques au sujet de différents traitements, du port du masque ou encore de l’importance de la crise. "La fin de la pandémie est en vue", disait-il encore jeudi soir, quelques heures avant d'annoncer avoir contracté le virus. L’annonce de Donald Trump est un véritable coup de tonnerre à un mois de l'élection présidentielle où il briguera un second mandat face au démocrate Joe Biden. Elle pose beaucoup de questions sur la suite de la campagne, qui se déroule déjà dans un climat extrêmement tendu. Selon le médecin de la Maison Blanche, Donald Trump devrait continuer à exercer ses fonctions normalement et restera à la Maison Blanche pendant sa "convalescence". Mais il a déjà annulé un déplacement en Floride pour un meeting de campagne. • Getty / Drew Angerer • #rtbf #rtbfinfo #trump #covid_19 #coronavirus

Une publication partagée par RTBF Info (@rtbfinfo) le

Une fois n’est pas coutume, le New England Journal of Medicine, qualifié par beaucoup du plus prestigieux journal de médecine du monde, a pour la première fois en deux siècles d’existence, affiché une opinion politique. Cette revue prestigieuse basée à Boston a brisé sa traditionnelle neutralité pour prendre position contre la réélection du président de Etats-Unis, Donald Trump. En cause : "la dangereuse incompétence" des "dirigeants politiques actuels", ciblant entre autres le chef d’Etat américain sans le nommer. "La vérité n’est ni libérale, ni conservatrice", a aussi indiqué le journal.

Lorsqu’il parle l’épidémie mondiale de Coronavirus, Donald Trump n’a pas la réputation d’y aller avec le dos de la cuillère. Récemment infecté par le virus, il affirmait ce week-end être immunisé contre la maladie. Pour quelle durée ? "Je ne sais pas, peut-être une longue période, peut-être une courte période, peut-être pour la vie. Personne ne sait vraiment mais je suis immunisé", répond-il. Or, en Belgique comme ailleurs, des cas de recontamination ont déjà eu lieu et aucun expert ne s’accorde à dire qu’une immunisation naturelle du Covid-19 est possible. S’agit-il d’une nouvelle bourde du président des Etats-Unis ? L’avenir nous le dira mais en attendant, retour sur toutes ces fois où Donald Trump s’est gentiment "moqué" du Coronavirus.


►►► À lire aussi : Donald Trump positif au coronavirus et hospitalisé : quels sont les scénarios possibles à partir de maintenant ?


C’est le 27 février que Donald Trump s’exprime sur le virus, alors peu présent sur le sol américain, tandis que la Chine enterre ses premiers morts dus à l’épidémie. "C’est une grippe saisonnière", s’exclame le président lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, affirmant qu’il ne voit aucune différence avec le virus installé depuis des années en Europe comme dans son pays. C’est alors que le milliardaire se met à appeler le Coronavirus "grippe Corona", refusant d’affirmer qu’il s’agit d’un virus d’une autre nature que la grippe dont l’épidémie a été déclarée en Belgique avant l’arrivée du Covid-19. En pleine campagne, il déclare un jour plus tard que "les démocrates ont politisé le Coronavirus". Il compare alors la néoépidémie d’alors avec les accusations d’ingérence de la Russie dont il a été la cible, concluant : "Ça, c’est leur nouveau canular."

Le 13 mars, Donald Trump s’exprime lors d’une conférence de presse où il invite tous les Etats américains à mettre en place des centres d’urgence face à la montée en flèche du nombre de contaminations sur le territoire américain. Il rappelle à son audience les mesures d’hygiène publique de base à respecter, des mesures "de bon sens", estime-t-il. Seulement voilà, lors de la même apparition, il serre la main de patrons d’entreprises de la grande distribution, présents avec lui pour affirmer leur soutien au peuple américain. Cette prise de parole sera aussi l’occasion pour tous les orateurs qui accompagnent le président de partager et toucher un même micro pour ensuite toucher leurs visages.

Le masque ? Oui mais pas pour lui

Près d’un mois plus tard, les Etats-Unis sont à leur tour directement touchés par l’épidémie de Covid-19. Alors que les pays européens se débattent pour obtenir suffisamment de masques pour leurs populations, Donald Trump estime que ces accessoires qui recouvrent la bouche sont pour lui inutiles. Paradoxal, il exprime ne pas avoir besoin de porter le masque en marge d’une conférence de presse des autorités sanitaires américaines en faveur du port du masque.


►►► À lire aussi : Port du masque : et si cela améliorait notre communication avec les autres ?


"Je pense que nous allons être très bons avec le coronavirus, je pense qu’à un moment cela va en quelque sorte simplement disparaître", déclare-t-il alors. Nous sommes le 1er juillet 2020 et le dirigeant américain n’a alors jamais été vu masqué. S’il assure que cela ne lui poserait aucun problème de porter un masque, il estime garder suffisamment ses distances avec les personnes qu’il rencontre pour ne pas devoir apparaître la bouche cachée.

C’est le 12 juillet que les Américains découvrent leur président masqué pour la première fois tandis que le pays atteint alors des records de contaminations et de décès.

C’est finalement une semaine plus tard, le 20 juillet que Donald Trump affirme plus frontalement que le masque est nécessaire après avoir certifié le contraire à plusieurs reprises. Sur son réseau social préféré, Twitter, le millionnaire parle du port du masque comme d’un "geste patriotique". "Et personne n’est aussi patriote que moi, votre président préféré", s’amuse-t-il dans un tweet illustré par une photo de lui-même portant un masque.

Plus récemment, lors du débat qui l’a opposé à son rival dans la course à la présidentielle, Joe Biden, Donald Trump n’a pas manqué de se moquer de la prudence du démocrate, notamment dans son rapport au masque, comme il l’avait déjà fait à plusieurs reprises. "Lui, à chaque fois que vous le voyez, il porte le masque. Il pourrait être à 200 mètres de moi, il aurait quand même un masque énorme sur le visage", s’est amusé le président.

De président Trump à docteur Trump

Lors de son briefing quotidien du 24 avril 2020, Donald Trump a énormément fait parler de lui. En cause : le chef d’Etat s’est laissé aller à de nombreuses suppositions de traitements et de remèdes au Coronavirus. Il propose d’abord de "frapper le corps avec une lumière énorme", après qu’un spécialiste a affirmé que le virus avait moins de chance de survie lorsqu’il était soumis à la lumière du soleil.


►►► À lire aussi : Entre changements de stratégie et contradictions, la drôle de ligne de Donald Trump face au coronavirus


Alors que partout dans le monde, on insiste pour que chacun soit responsable de son hygiène, notamment via un lavage des mains fréquent, Donald Trump estime avoir une idée pour venir à bout du virus une bonne fois pour toutes : des injections de désinfectant directement dans les poumons des malades. "Je vois le désinfectant qui le met KO en une minute, une minute. Et y a-t-il un moyen de faire quelque chose comme ça par injection à l’intérieur ou presque un nettoyage ? Comme vous le voyez, il pénètre dans les poumons, il y fait énormément de dégâts, il serait donc intéressant de vérifier cela", se demande l’homme politique.

Ces suggestions seront vite démenties sur les réseaux sociaux par des experts américains de la santé.

Le diagnostic et puis les sorties médiatiques

Être atteint du Covid-19, il n’en fallait pas plus au leader des Etats-Unis pour se faire une opinion définitive sur le virus. "N’ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie", a-t-il déclaré au matin du 5 octobre alors qu’il allait quitter l’hôpital dans la journée.

Plus tard dans la journée, il s’était d’ailleurs offert un bain de foule, à l’arrière du véhicule présidentiel, conduit par des membres de son équipe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK