Le rapport Mueller sème le doute sans incriminer Trump

Le rapport du procureur Robert Mueller, dont une version expurgée a été rendue publiquece jeudi, met en lumière une série d'incidents qui tendent à montrer que Donald Trump a cherché à entraver le déroulement de l'enquête et interroge sur une éventuelle obstruction du cours de la justice.

Avant de transmettre le rapport au Congrès, l'Attorney General William Barr (le ministre de la Justice), a défendu le président américain, reprenant les arguments qu'il avait déjà développés lorsqu'il l'a reçu, le 22 mars dernier.

Après 22 mois d'enquête, le procureur spécial y disait ne pas être en mesure de dire que Donald Trump avait commis une obstruction, sans toutefois l'exonérer. Quatre pages résumant les "principales conclusions" de l'enquête avaient alors été publiées.

William Barr a ce vendredi une nouvelle fois conclu que Donald Trump n'avait pas violé la loi, tout en admettant que Robert Mueller avait identifié une dizaine d'incidents impliquant le président américain et cherché à savoir s'il s'agissait de faits susceptibles de constituer une obstruction à la justice.

Le rapport évoque par exemple l'ordre reçu par Don McGahn, un conseiller de la présidence, de déclarer qu'il y avait des conflits d'intérêt autour de la personnalité de Robert Mueller et de recommander qu'il soit limogé.

Il existe également des "preuves substantielles" selon lesquelles l'ancien directeur du FBI James Comey a été évincé pour avoir refusé de déclarer publiquement que le président n'était pas visé par une enquête. 

Robert Mueller cite également des éléments permettant de penser que Donald Trump savait que son ancien conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn avait eu des contacts répréhensibles avec l'ambassadeur russe avant son investiture.

Ces éléments se sont toutefois avérés insuffisants pour conclure qu'il y avait eu là une véritable volonté de commettre un délit d'obstruction à la justice.

William Barr a préféré retenir de ce rapport que "les agents russes qui ont entrepris ces desseins n'ont pas reçu l'aide du président Trump ou de la campagne Trump".

"Pas d'obstruction, pas de collusion, pour les détracteurs et la gauche radicale démocrate: GAME OVER", a commenté ce dernier sur Twitter en reprenant les codes graphiques de la série américaine à succès Game of Thrones.

Le rapport proprement dit a été transmis au Congrès dans la journée et a ravivé les tensions entre la présidence et le camp démocrate qui déplore que les avocats de Donald Trump aient eu accès au rapport avant sa publication et que le rapport ait été expurgé de certains éléments.

Le rapport Mueller REUTERS/Andrew Sullivan Nancy Pelosi, chef de file de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, a condamné sur Twitter l'attitude de l'Attorney General.

"Il est évident que l'AG Barr se comporte comme l'avocat personnel de Donald Trump et pas comme celui de l'Amérique. Notre pays demande et mérite une transparence complète. C'est pourquoi nous devons entendre Mueller", a-t-elle dit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK