Donald Trump appelle le G7 à réintégrer la Russie en son sein, les Européens s'y opposent

Le président américain Donald Trump a appelé vendredi, peu avant le début du G7 à Charlevoix, au Québec (Canada), à réintégrer la Russie au sein de ce groupe de discussion et de partenariat économique. Les pays Européens présents autour de la table se sont prononcés unanimement contre ce retour.

Le pays dirigé par Vladimir Poutine faisait partie du G8 jusqu'en 2014, année où la Crimée a été annexée.

"Pas au dessus des lois"

Donald Trump a par ailleurs affirmé qu'il n'était "pas au-dessus des lois" tout en répétant avoir "le droit absolu" de s'accorder la grâce présidentielle dans l'enquête sur une éventuelle collusion avec la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016.

Le président américain ne restera pas jusqu'à la fin du sommet du G7, a indiqué la Maison Blanche. Cette décision a été prise à l'issue d'un entretien houleux avec le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Donald Trump quittera le sommet samedi à 10h30 locales (16h30 en Belgique) pour rejoindre Singapour et préparer son sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong-Un prévu mardi.

Le conseiller Everett Eissenstat représentera les Etats-Unis pour la suite du sommet, a indiqué la porte-parole Sarah Sanders.

Donald Trump devrait recevoir vendredi un accueil glacial de ses partenaires du G7 après avoir imposé des tarifs douaniers à des pays alliés comme le Canada, le Mexique ou encore l'Union européenne.

Déclaration de Donald Trump (anglais)

Traduction: "La Russie doit faire partie de la rencontre. Pourquoi organisons-nous un meeting sans la Russie? Je voudrais recommander que la Russie soit là et prenne part à cette réunion" 

Donald Trump critiqué 

Emmanuel Macron et Justin Trudeau ont tour à tour critiqué Donald Trump ces derniers jours, affirmant que les six autres pays du G7 pourraient contourner le président américain. "Ces six pays représentent des valeurs, représentent un marché économique qui a le poids de l'histoire derrière elle et qui est maintenant une véritable force", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter.

Dans une récente interview à la chaîne américaine NBC, Justin Trudeau avait qualifié le décision de Donald Trump d'insulte et a affirmé que le Canada ne se ferait pas bousculer.

En retour, Trump a fustigé les deux dirigeants. "Le Premier ministre Trudeau est tellement indigné, évoquant les relations que les Etats-Unis entretiennent depuis des années... mais il n'évoque pas le fait qu'ils nous chargent jusqu'à 300% sur les produits laitiers, tuant ainsi notre agriculture", a écrit Trump jeudi.

Sujet sur la réunion du G7 au Québec dans notre JT de la mi-journée

Theresa May est arrivée sur le tarmac canadien

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK