Donald Trump affirme n'avoir jamais demandé au patron du FBI de classer une enquête

Donald Trump affirme n'avoir jamais demandé au patron du FBI de classer une enquête
Donald Trump affirme n'avoir jamais demandé au patron du FBI de classer une enquête - © Tous droits réservés

Le président américain Donald Trump a démenti jeudi avoir demandé au directeur du FBI à l'époque, James Comey, de mettre fin à une enquête sur l'ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, soupçonné de contacts avec la Russie.

"Avez-vous à un quelconque moment exhorté (M. Comey) d'une quelconque façon que ce soit à clore ou à renoncer à l'enquête sur Michael Flynn?", a interrogé un journaliste couvrant la conférence de presse du président américain avec son homologue colombien Juan Manuel Santos à la Maison Blanche.

"Non, autre question", a répondu Donald Trump. James Comey, alors directeur du FBI, a été limogé par le président américain le 9 mai. Il est ressorti d'un mémo confidentiel de l'ancien directeur, rapporté par le New York Times mardi, que Donald Trump lui avait demandé de renoncer à l'enquête de la police fédérale sur son ancien conseiller Michael Flynn.

Il est entre autres reproché à ce dernier, remercié en février, d'avoir omis de révéler des contacts répétés avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis l'an dernier.

Je pense que cela divise le pays

Le président, pris dans la tourmente de diverses révélations récemment, a en outre estimé que la nomination d'un procureur spécial dans l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle, annoncée la veille, "divisait le pays".

"Je respecte l'initiative, mais toute cette histoire est une chasse aux sorcières et il n'y a aucune collusion à coup sûr entre ma campagne et moi-même - mais je peux toujours parler pour moi- et les Russes, zéro", a-t-il affirmé lors de la conférence de presse. "Je pense que cela divise le pays", a-t-il poursuivi.

Le ministre adjoint de la Justice, Rod Rosenstein, a pour sa part expliqué aux sénateurs américains, réunis à huis clos, avoir choisi de nommer mercredi Robert Mueller, un ancien patron du FBI, comme procureur spécial pour superviser l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne.

"Il a dit qu'il voulait être certain que l'intégrité du département de la Justice soit protégée, et que les Américains sachent que cela sera géré avec équité", a rapporté le sénateur Dick Durbin.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir