Dissolution par la justice du principal groupe de l'opposition chiite au Bahreïn

Al-Wefaq anime un mouvement de protestation de la majorité chiite contre le pouvoir sunnite à Bahreïn. Son chef, cheikh Ali Salmane, purge actuellement une lourde peine de prison.
Al-Wefaq anime un mouvement de protestation de la majorité chiite contre le pouvoir sunnite à Bahreïn. Son chef, cheikh Ali Salmane, purge actuellement une lourde peine de prison. - © MOHAMMED AL-SHAIKH - AFP

Le principal groupe de l'opposition chiite de Bahreïn, le mouvement Al-Wefaq, a été dissous dimanche par la justice de ce petit royaume du Golfe secoué par des violences. Le tribunal administratif de Manama a en outre prononcé la saisie des fonds de ce mouvement au "profit du trésor public", selon une source judiciaire.

Al-Wefaq était poursuivi par les autorités qui l'accusent de ne pas respecter la loi et de "favoriser le terrorisme".

Les activités d'Al-Wefaq (L'entente) avaient été suspendues le 14 juin par un tribunal bahreïni, ses locaux fermés et ses fonds gelés. Mais le ministère de la Justice réclamait la dissolution pure et simple du mouvement.

Nombreuses critiques

Ces décisions ont suscité des critiques, de Washington mais aussi d'organisations de défense des droits de l'Homme qui ont dénoncé une tentative d'éliminer "ce qui reste de l'opposition" dans ce petit royaume du Golfe.

Al-Wefaq anime un mouvement de protestation de la majorité chiite contre le pouvoir sunnite à Bahreïn et demande l'instauration d'une véritable monarchie constitutionnelle. Son chef, cheikh Ali Salmane, purge actuellement une lourde peine de prison pour complot contre le régime et incitation à la désobéissance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK