Discours de Raul Castro lors de la Fête Nationale à Cuba

RTBF
RTBF - © RTBF

Raul Castro a délaissé le thème des réformes dans son discours à la nation pour la fête nationale du 26 juillet. Il a au contraire prévenu les Cubains que l'heure n'était plus aux "bonnes nouvelles" au vu de la situation économique internationale.

Le chef de l'Etat s'est exprimé à Santiago de Cuba, deuxième ville du pays, sous un immense portrait de son frère Fidel et devant un parterre de 10 000 invités. Il a également prévenu Washington que, "quels que soient les résultats des élections présidentielles" de novembre, l'armée cubaine ne baissera pas la garde et poursuivrait sa "préparation" et sa "modernisation".

A cinq mois du 50e anniversaire de la révolution cubaine, Raul Castro, en uniforme de général, a également annoncé que les célébrations prévues se tiendraient à Santiago. La capitale méridionale du pays, au pied de la Sierra Maestra, s'était rendue aux "barbudos" le 1er janvier 1959 et Fidel Castro y avait tenu son premier discours de vainqueur.

Dans son discours de 48 minutes, Raul Castro a dénoncé "la passivité des gouvernants des pays riches et des grandes entreprises multinationales" devant la crise provoquée par la flambée des cours alimentaires et pétroliers. Il a ensuite prévenu qu'elle aurait des "conséquences inévitables" à Cuba, qui importe 84% de son alimentation. "La Révolution a fait et continuera de faire tout ce qui est à sa portée pour continuer d'avancer et de réduire au minimum les inévitables conséquences de l'actuelle crise internationale pour la population". Mais "nous ne pouvons dépenser plus que ce que nous avons". "Toutefois, nous devons expliquer opportunément à notre peuple les difficultés et nous préparer ainsi à les affronter. Il faut s'habituer à ne pas recevoir que des bonnes nouvelles", a-t-il ajouté.

Pour le reste, le président cubain, âgé de 77 ans, a détaillé les travaux en cours de réhabilitation du pays. Il a cité au passage le chiffre de 1,3 million de touristes de janvier à juin, soit une augmentation de 14,8% sur la même période l'an dernier.

La fête nationale a marqué aussi cette année le deuxième anniversaire de la dernière apparition en public de Fidel Castro, terrassé le 26 juillet 2006 par une grave hémorragie intestinale qui l'a contraint à céder le pouvoir à son frère Raul, d'abord provisoirement, puis "définitivement" en février dernier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK