Union européenne: un travailleur détaché restera quand même meilleur marché

Les travailleurs détachés pourraient continuer à coûter moins cher que les travailleurs locaux malgré la directive européenne
Les travailleurs détachés pourraient continuer à coûter moins cher que les travailleurs locaux malgré la directive européenne - © Flickr-Rubber Dragon

La Commission européenne veut s'attaquer au dumping social, et tout spécialement à ceux qu'on appelle les travailleurs détachés. Ce sont ces travailleurs envoyés par leur entreprise pour des missions temporaires dans d'autres pays européens. Ils sont près de deux millions en Europe, 160 000 rien qu'en Belgique. Ils viennent principalement des pays de l'est ou du Portugal, beaucoup travaillent dans le secteur de la construction et leur salaires sont très bas. Donc, pour lutter contre le dumping social ainsi favorisé, la Commission voudrait harmoniser ces salaires.

A travail égal, salaire égal. C'est le principe assez simple que la commissaire européenne à l'Emploi, aux Affaires sociales et à la Mobilité des travailleurs, la Belge Marianne Thyssen, veut mettre en œuvre: "On ne va pas accepter que les travailleurs détachés ne soient payés que le salaire minimum. Ce qu'on veut, c'est qu'ils soient payés de la même façon que les travailleurs sur le marché local. Cela veut dire qu'en ce qui concerne le coût salarial, il n'y aura plus de différence et donc plus de concurrence déloyale."

Les cotisations sociales resteront payées dans le pays d'origine

Marianne Thyssen insiste: il ne s'agit pas de stigmatiser une catégorie de travailleurs, il s'agit simplement d'injecter plus d'équilibre dans les salaires: "Nous n'avons rien contre les travailleurs polonais ni les travailleurs portugais. Ce que nous voulons, c'est que dès qu'on travaille quelque part, on soit traité de la même façon, au niveau des rémunérations et des conditions de travail, que les travailleurs du pays même."

Mais par contre, le projet de directive ne s'attaque pas aux cotisations sociales qui resteront payées dans le pays d'origine du travailleur détaché. Et si ces cotisations sociales sont moins élevées que celles payées par les employeurs en Belgique, recourir à un travailleur détaché restera quand même meilleur marché.

Limiter la durée du détachement d'un travailleur à deux ans

Pour éviter la concurrence déloyale, la Commission européenne veut aussi que les agences d’intérim respectent les conditions de rémunération du pays d'accueil. La Commission prévoit aussi de limiter la durée d'un détachement à deux ans.

Ces propositions doivent maintenant être débattues au Parlement européen et entre les États membres. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles sont loin de faire l'unanimité : la Belgique par exemple voudrait aller plus loin, notamment pour les cotisations sociales, mais les pays d'Europe de l'est, eux, freinent des quatre fers. Ils craignent évidemment que ces nouvelles dispositions ne pénalisent leurs entreprises.

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK