Diesel sur le lieu de travail: l'UE limite l'exposition aux gaz d'échappement

Les entreprises européennes auront deux ans pour appliquer la nouvelle réglementation sur l'exposition des travailleurs aux émanations de moteurs diesels.
Les entreprises européennes auront deux ans pour appliquer la nouvelle réglementation sur l'exposition des travailleurs aux émanations de moteurs diesels. - © PAU BARRENA - AFP

L’Union européenne va mieux protéger les travailleurs contre les gaz d’échappement des moteurs diesel : les États membres, le Parlement européen et la Commission viennent de boucler un accord en ce sens. A l’avenir, les émissions de diesel devront être limitées sur les lieux de travail, ce qui constituera un progrès pour 12 millions de travailleurs européens.

Des moteurs diesel, on en trouve partout. On pense spontanément à la santé des garagistes, des pompistes ou des camionneurs. Mais ces moteurs sont utilisés aussi dans les menuiseries, dans la métallurgie, dans la fabrication d’outillages ou la manutention.

Les entreprises doivent prévenir ou réduire l’exposition de leurs travailleurs à une série de produits cancérigènes ou mutagènes, autrement dit qui peuvent provoquer des mutations génétiques. Ces produits sont inscrits dans une liste dans laquelle on retrouve désormais les émissions de diesel. La valeur limite pour le diesel a été fixée à 0,05 milligramme par mètre cube. Seule l’Allemagne jusqu’ici s’était imposé un tel plafond.

Les entreprises européennes auront deux ans pour appliquer la nouvelle réglementation. Les secteurs des mines souterraines et de la construction des tunnels ont reçu un délai de 5 ans.

La liste des substances cancérigènes s'allonge

Le diesel rejoint ainsi une liste de 25 agents chimiques à l’origine de cancers professionnels. Ce progrès pour la protection de la santé des travailleurs a été obtenu sous l’impulsion du Parlement européen qui a réussi à convaincre les États membres et la Commission d’aller de l’avant. Chaque année, 5 à 6000 travailleurs européens meurent d’un cancer professionnel, cancer des poumons ou de la vessie.

En plus du diesel, 5 autres agents chimiques, comme le formaldéhyde utilisé dans de très nombreuses industries, ont été ajoutés à la liste européenne des substances cancérigènes dont il faut limiter la présence sur les lieux de travail.

Le cancer est la première cause de décès dans le monde du travail, loin devant les accidents de travail. Chaque année, plus de 100 mille Européens meurent, victimes d’un cancer professionnel: cancer du larynx, du foie, de la peau, leucémie, la liste est longue. Le diesel au travail serait responsable d’au moins 5.000 cancers mortels chaque année, principalement des cancers des poumons et de la vessie. Avec cet accord, l’Union européenne espère sauver la vie de dizaine de milliers de travailleurs.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK