Didier Reynders : "Pas un passeport vaccinal mais un certificat pour faciliter l'organisation de voyages dès l'été"

La Commission Européenne exhorte plusieurs Etats dont la Belgique à lever leurs restrictions de voyage, qu’elle juge disproportionnées. Elle annonce aussi la création d’un "Digital Green Pass" pour faciliter progressivement la circulation des Européens dans l’Union et en dehors, ce que certains jugent discriminatoire. Grand entretien sur le plateau de CQFD avec Didier Reynders, le commissaire européen à la Justice.

Dépistages et quarantaines effectifs pour décourager les voyages

"Ce que nous demandons", explique Didier Reynders, "c’est que les Etats appliquent les recommandations qu’ils ont eux-mêmes adoptées […] l’une vise à ne pas interdire les voyages, ça ne veut pas dire qu’on les encourage, ça veut dire qu’on peut même les décourager très fortement lorsqu’il s’agit de zones très infectées qu’on veut visiter, mais avec un système de dépistage et de quarantaine".

Un accord de coopération entre le fédéral et les entités fédérées veut rendre dépistage et quarantaine effectifs. "C’est ça le côté décourageant des voyages et j’espère que cela sera possible dans le mois de mars et qu’on ne prolongera pas la mesure au-delà du 1er avril", poursuit le commissaire européen à la Justice.

Un passeport vaccinal pour l’été ?

"C’est un instrument législatif qui sera contraignant pour les Etats. Le but est de l’adopter le 17 mars prochain en Commission et ensuite au Parlement et au Conseil, pour qu’on l’ait pour l’été", explique Didier Reynders qui parle plutôt de certificat digital reprenant trois types de données : "le fait d’avoir été malade, d’être vacciné ou d’avoir subi des tests PCR. Il est évident qu’il n’y aura aucune discrimination. Le vaccin n’est pas obligatoire, tous ceux qui souhaitent se faire vacciner ne le sont pas encore, et on ne veut pas lier les choses", assure-t-il.

"Avec ce certificat, on souhaite surtout faciliter l’organisation de voyages dans de bonnes conditions", poursuit Didier Reynders, "L’émission du document va devoir respecter les mêmes données, on ne sera pas obligé d’avoir reçu le vaccin pour pouvoir voyager. Il ne s’agit pas d’un passeport mais d’un certificat à organiser dans le cadre de la libre circulation des personnes".

Il ne s’agit pas d’un passeport mais d’un certificat et il n’est pas uniquement vaccinal

5% d’Européens sont aujourd’hui vaccinés

Devant le Parlement européen le mois dernier, Ursula von der Leyen a reconnu avoir été trop optimiste sur la production de masse de vaccins, évoquant des erreurs dans le processus de décision. Comment expliquer que l’Europe ne soit pas encore parvenue à réaliser son propre vaccin ? Alors que les premiers distribués sont Américains mais mis au point par des laboratoires européens… Une Europe pointée du doigt pour sa lenteur dans les processus d’autorisation, et qui n’a vacciné que 5% de sa population à ce stade, alors que d’autres pays ont largement dépassé ce seuil.

En Belgique, un tiers des doses sont toujours dans les frigos

"L’avenir des vaccins, en termes de recherche et de production, est essentiellement en Europe et aux Etats-Unis", commente Didier Reynders qui rappelle que la Commission "invente" une politique de santé qui reste une compétence nationale. "La décision qui a été prise est une décision de solidarité : faire en sorte que tous les Etats européens reçoivent au même moment un nombre de vaccins liés à leur population", précise le commissaire, ajoutant : "Nous avons passé des contrats pour plus de 2 milliards de doses car nous voulons être solidaires d’autres pays".

"C’est vrai, maintenant, il faut travailler à l’augmentation de la production. C’est là qu’il y a eu des problèmes avec certains contrats […] Et on avance sur cette production. En Belgique, un tiers des doses sont toujours dans les frigos. Il faut aussi que la logistique suive dans les Etats", conclut le commissaire européen.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK