Devant des sénateurs sceptiques, Mark Zuckerberg assure que Facebook est un réseau "sûr"

Mark Zuckerberg auditionné par les sénateurs américains
Mark Zuckerberg auditionné par les sénateurs américains - © SAUL LOEB - AFP

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg était sous le feu des questions des sénateurs américains mardi. Ce n'était qu'une première salve puisque l'interrogatoire se poursuivra ce mercredi. Facebook est accusé d’avoir laissé fuiter les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs qui sont arrivées entre les mains de l'entreprise d'analyse de données "Cambridge Analytica".

Mark Zuckerberg est passé sur le grill pendant 5 heures. Les sénateurs, visiblement très remontés contre le réseau social, lui ont demandé des comptes sur sa gestion des mauvais usages de la plateforme. Comme attendu, le jeune multimilliardaire a fait son mea culpa, assurant que c’était son erreur et qu’il en était désolé.

Il a promis des mesures pour rectifier le tir, mais a assuré que cela prendra du temps. Il a notamment indiqué que son entreprise collaborait avec le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur des liens entre la campagne de Donald Trump et Moscou.

Un réseau "sûr"

Il a assuré que Facebook était un réseau "sûr" malgré les nombreux cas de détournement et manipulation des données personnelles d’utilisateurs. Et il a expliqué à quel point la lutte contre la manipulation politique était difficile notamment face à des acteurs comme la Russie.

De nombreux élus ont fait part de leur scepticisme.

Mais selon de nombreux observateurs, Mark Zuckerberg est ressorti plutôt gagnant de cette audition car il est apparu calme et prêt à faire des efforts pour améliorer l’utilisation du réseau social, alors que de nombreux sénateurs semblaient mal maîtriser les enjeux du débat.

On verra lors de la séance de ce mercredi devant la Chambre des représentant si les parlementaires arrivent à obtenir davantage d’engagements de la part du jeune patron.

Fin de l'audition de Mark Zuckerberg devant le congrès américain:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK