Destructions de l'EI: c'est au tour des ruines de Hatra

La ville a été fondée vers 150 avant notre ère par le roi assyrien Santrug Ier. On voit ici les ruines en 2004, gardées par un soldat de l'ICDC.
La ville a été fondée vers 150 avant notre ère par le roi assyrien Santrug Ier. On voit ici les ruines en 2004, gardées par un soldat de l'ICDC. - © SHAWN BALDWIN - BELGAIMAGE

L'organisation terroriste Etat islamique (EI) a poursuivi samedi son objectif de destruction de patrimoine historique, s'attaquant cette fois à la ville historique de Hatra, située au nord de l'Irak, a indiqué un professeur irakien d'archéologie.

Hamed al-Jabouri, directeur du département d'archéologie de l'université de Mossoul, a affirmé que les sympathisants de l'EI détruisaient les ruines antiques et les artefacts que renferme la ville. "C'est un nouveau crime commis par Daech (l'acronyme arabe pour l'EI, NDLR) contre le patrimoine archéologique irakien", a-t-il précisé. "C'est une perte irréparable".

Aucune réaction officielle à ces nouvelles exactions commises par l'EI n'a encore été donnée. Hatra, reprise au patrimoine mondial de l'Unesco, se trouve à quelque 110 km au nord-ouest de Mossoul. La ville a été fondée au 3e siècle avant Jesus-Christ et est célèbre pour ses temples.

Ces nouvelles destructions surviennent à peine deux jours après celles infligées au bulldozer à la ville assyrienne trois fois millénaire de Nimroud. L'Unesco a qualifié cet acte de "crime de guerre".

Le mois dernier, des images vidéo avaient montré des sympathisants de l'EI détruire des sculptures de pierre vieilles de 2600 ans dans un musée de Mossoul.

L'EI est adepte d'une interprétation rigide de l'islam, selon laquelle les reliques et représentations sont considérées comme de l'idolâtrie et doivent être détruites. De nombreux théologiens musulmans réfutent cette vision de l'islam.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK