Des témoins racontent l'effondrement du pont en Italie: "On a vu le pylône s'en aller sur la droite"

Des témoignages pour raconter l'horreur et la stupeur à Gênes
Des témoignages pour raconter l'horreur et la stupeur à Gênes - © PIERO CRUCIATTI - AFP

Quelques heures après l'effondrement du pont Morandi, près de Gênes, en Italie, le ministre de l'Intérieur italien a dressé un premier bilan faisant état d'une trentaine de morts et de nombreux blessés graves. Depuis Catane, en Sicile, où il était en déplacement pour présenter les statistiques de son Ministère, Matteo Salvini a pris "l'engagement devant les Italiens d'aller au bout pour déterminer les responsabilités" de cet écroulement. 

Un officiel italien donne sa version des faits : "Dès que j'étais à l'arrêt sur une file et qu'un camion me dépassait, je dansais. Le pont n'était pas stable".

Erik Bois un entrepreneur flamand qui vient souvent dans la région livre son témoignage à nos collègues du Nieuwbslad : "Chaque fois que nous devons aller sur ce pont, je retiens mon souffle. Ces gros poteaux de métal... terribles. Ils sont complètement rouillés. Les vis qui doivent garder le colosse ensemble sont également complètement rouillées".

Erik traversait toujours le pont à la fin du mois de juin : "La tradition veut que nous terminions nos vacances à Portofino. C'est le Monaco de l'Italie, où l'infrastructure est en parfait état, mais pour y arriver... "

Jerney un autre Flamand actuellement en vacances à Gênes livre ses impressions : "Nous avions prévu aujourd'hui d'aller à un parc aquatique, et pour y arriver, il faut traverser le pont. Heureusement, nous avons dû modifier nos plans en raison du mauvais temps. Sinon, on aurait dû l'emprunter".

Une famille française raconte son expérience sur Twitter : "Là, on a vu le pylône du pont partir, s’en aller sur la droite. Désolée mais c’est impossible à expliquer mieux que ça et la visibilité était affreuse. Sur le coup, notre cerveau a cherché une autre explication, ça n’était pas concevable" .

Un chauffeur de camion arrêté à quelques mètres du vide est en état de choc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK