Des sunnites détenus dans une prison secrète de Bagdad

Des centaines de sunnites ont été emprisonnés pendant des mois, sous la législature du Premier ministre irakien Nuri al-Maliki, dans une prison secrète de Bagdad. Nombreux sont ceux qui ont été torturés, jusqu'au jour où le ministère des droits de l'Homme a obtenu accès à la prison.

Ces informations, publiées lundi par le Los Angeles Times sur son site internet, se basent sur des déclarations de fonctionnaires irakiens.

La prison rendait directement compte au bureau militaire du Premier ministre. Ces hommes auraient été enlevés en octobre dernier par l'armée, lors d'opérations contre les groupes sunnites menées dans la province de Nineveh. Le gouverneur de la province a déclaré récemment que même de simples citoyens avaient été emprisonnés, souvent sans mandat d'arrêt.

Par crainte de voir les tribunaux libérer les prisonniers, les troupes de sécurité les emmenaient à Bagdad, où ils étaient isolés. Des fonctionnaires des droits de l'Homme ont eu vent, en mars, de l'existence de cette prison via des personnes qui recherchaient des membres de leur famille disparus.

Les inspecteurs ont affirmé que 431 prisonniers étaient détenus dans des conditions épouvantables. Ils ont également appris que l'un d'entre eux, un ancien colonel de l'armée de Saddam, était décédé en janvier des tortures infligées.

Nuri al-Maliki affirme ne pas être au courant des mauvais traitements, ce dont d'aucuns doutent ouvertement. Le Premier ministre a promis de fermer la prison et ordonné l'arrestation des officiers qui y travaillaient.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK