Des photographies aériennes de la Nasa révèlent d'énormes mines d'or à ciel ouvert en plein cœur de l'Amazonie

temporary-20210214023401
temporary-20210214023401 - © capture d'écran Youtube - Anonymous Pirates

Ce sont de véritables rivières d’or. Etincelantes vues du ciel, elles transpercent la silhouette noire de l’Amazonie, l’immense forêt imperméable qui recouvre l’Amérique du Sud sur environ 5,5 millions de kilomètres carrés. Visibles grâce aux images satellites publiées par la Nasa, ces courants dorés laissent surtout à voir une situation dramatique, qui met le poumon vert de la planète en péril.

L’extraction intensive mais surtout illégale et destructrice de l’or en Amazonie est un fléau. Les images de la société spatiale américaine, si elles peuvent être qualifiées de merveilleuses ou d’irréelles sont les stigmates d’une réalité bien moins reluisante. Depuis plus d’une décennie, des sociétés en quête de profit et peu scrupuleuses détruisent de larges parcelles de cette immense forêt, si bien que ce sont de véritables tranchées dorées qu’on peut désormais observer, lacérant la région de Madre de Dios, au sud-est du Pérou.

Pourtant, l’extraction d’or au cœur de la plus grande forêt du monde est interdite en vertu de la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Elle impose à qui veut exploiter la forêt amazonienne de consulter au préalable des communautés locales. Cette prérogative sert bien souvent d’armes contre les exploitations destructrices. Mais ce type de pratique est aussi pointée du doigt par de nombreuses associations environnementales alors que chaque année des milliers d’hectares de l’Amazonie disparaissent.

Des pratiques de l’ombre

Jusqu’alors, les images montrant très clairement l’impact de la recherche des précieuses pépites étaient quasi inexistantes. Cachés au milieu de la forêt, les extracteurs d’or déterraient des tonnes du métal précieux caché du regard du monde entier. C’est précisément la raison pour laquelle la publication de ces clichés aériens, immortalisés en décembre 2020 grâce à des conditions météorologiques favorables et relayés par la BBC, pourrait constituer une pièce à conviction supplémentaire dans la lutte contre l’extraction illégale d’or dans cette région.

Alors que le prix de l’once d’or avait été quasiment multiplié par sept au début de la décennie écoulée, passant de 270 dollars à 1800 dollars, c’est une véritable ruée vers l’or qui s’est produite dans la région de Madre de Dios, où l’on estimait en 2016 que neuf mines d’or sur dix étaient illégales. Avec une population extrêmement pauvre, cette province regorge de main-d’œuvre bon marché et désireuse de travailler, peu importent les conditions, pour remplir son assiette. Le marché du métal doré y est devenu un véritable refuge pour les populations, démunies.

Conséquences sanitaires et environnementales

Si l’orpaillage permet à toute une population de travailler, ses conséquences néfastes sont bien plus nombreuses, tant pour l’environnement que pour les populations locales. La vaste quête de l’or est à l’origine d’une grande part de la déforestation de l’Amazonie qui disparaît à petit feu. Entre 2000 et 2018, on estime que 513.016 kilomètres carrés de forêt de cette région ont disparu, ce qui équivaut à la superficie de l’Espagne.

Lors du processus d’extraction des pépites, les ouvriers présents dans ces mines d’or à ciel ouvert ont recours au mercure. Après utilisation, cet ingrédient chimique est déversé les rivières et empoisonne les populations locales, dont des peuples indigènes déjà particulièrement menacés par l’appauvrissement de la forêt amazonienne.

Les poissons qui vivent dans ces cours d’eau sont aussi impactés par cette matière chimique dans laquelle ils évoluent, ce qui entraîne un impact direct sur les populations des villes qui se situent autour de ces rivières. En 2016, on estimait par exemple que 78% des habitants de la ville de Porto Maldonado enregistraient un taux alarmant de mercure dans leur corps. Si cela peut paraître anecdotique étant donné la présence de nombreux éléments chimiques dans l’alimentation au XXIe siècle, la présence de mercure dans l’organisme peut favoriser l’émergence de nombreux symptômes comme la perte de sommeil, les maux de tête ou encore des prédispositions au cancer.

En 2012, la production d’or atteignait 18 tonnes par an dans la province de Madre de Dios. On estimait alors entre 110.000 à 150.000 le nombre de Péruviens qui se consacraient à l’exploitation minière illégale tandis qu’un millier d’enfants étaient dans le même temps exploités sexuellement dans la région.

Alors passé l’émerveillement, les images de la Nasa pourraient bien ouvrir les yeux de nombreuses personnes et nous faire relativiser la manière dont nous regardons nos plus précieux bijoux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK