Des milliers de manifestants soutiennent les neuf proches d'ETA arrêtés

RTBF
RTBF - © RTBF

Des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de trois villes du Pays basque espagnol pour soutenir neuf personnes arrêtées pour leurs liens présumés avec l'organisation séparatiste armée basque ETA.

Plus d'un millier de personnes ont défilé à Saint-Sébastien derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire "Assez d'arrestations, Liberté. Arrêt de la répression. Démocratie", a constaté un photographe de l'AFP.

Des manifestations semblables se sont déroulées à Bilbao et à Vitoria, les deux autres capitales des provinces basques.

Ces neuf membres d'une mouvance proche de l'ETA ont été incarcérés entre vendredi et samedi après avoir été interpellés durant la semaine.

La police avait arrêté neuf dirigeants d'Ekin, un groupe de soutien de l'ETA déclaré illégal en 2007, au cours d'un coup de filet mené simultanément dans les nuits de lundi et mardi au Pays basque, en Navarre, en Cantabrie et en Aragon.

Il s'agissait de la première opération visant l'entourage de l'ETA depuis l'annonce, le 5 septembre par le groupe séparatiste basque, d'un cessez-le-feu.

Les responsables ont été placés en détention pour "appartenance à une organisation terroriste (Ekin) (...) et/ou collaboration terroriste".

Ekin est décrit par la justice espagnole comme "le coeur d'ETA", chargé "d'appliquer la stratégie politique et militaire" de la mouvance indépendantiste radicale.

L'organisation armée, tenue pour responsable de la mort de 829 personnes en 50 ans de violence pour l'indépendance, a annoncé le 5 septembre un "cessez-le-feu" unilatéral aux contours flous, sans préciser s'il était temporaire ou définitif.

Le gouvernement socialiste espagnol a rejeté cette annonce "insuffisante", réclamant un arrêt total, définitif et sans condition de la lutte armée de la part de cette organisation considérée comme terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK