Des milliers d'enfants kidnappés en Chine chaque année pour être revendus

Cette semaine, un rassemblement a eu lieu sur une place de Chengdu, dans le centre de la Chine, afin de manifester le désarroi des parents qui sont victimes du kidnapping de leurs enfants. Ce rassemblement a été toléré, alors que ce genre d'événement n'est que rarement autorisé dans l'Empire du Milieu.

S'il n'existe aucune statistique officielle, on estime à plusieurs dizaines de milliers d'enfants volés chaque année afin d'être revendus. Certains chiffres parlent d'une fourchette allant de 70 à 200.000 enfants. 

La demande en enfants provient de couples qui ne peuvent pas en avoir par exemple. Et s’il y a une demande, il y a une offre. Des réseaux de trafiquants kidnappent des enfants, et les revendent. Il y a deux ans, la police a réussi à démanteler l’un de ces réseaux. Mais ils sont nombreux et la menace reste toujours présente.

"Je me souviens, j’étais dans ma boutique. Mon fils s’amusait avec deux autres enfants, et il a été kidnappé par un homme. Il avait 4 ans et trois mois", témoigne une mère en pleurs.

Il y a un marché d'enfants volés

Wang Ming Qing, le père d’une fille volée, était aussi présent parmi les manifestants. Il fait partie des rares chanceux puisqu’il a réussi à retrouver sa fille, mais plus de 20 ans après son enlèvement. 

"Il y a un marché en Chine. Les uns volent des enfants pour se faire de l’argent, les autres veulent un enfant, et n’hésitent pas à y mettre le prix. C’est pour ça que nous sommes nombreux à chercher nos enfants", témoigne-t-il. 

Il a retrouvé sa fille au mois d'avril, les larmes aux yeux mais avec un sentiment de soulagement et de joie. Elle avait 3 ans, en 1994, lorsqu'ellle lui a été volé, il l'a retrouvée à l'âge de 27 ans. Il avait pour cela distribué des milliers d'avis de recherche et c'est seulement à 20 km de chez lui qu'il a finalement pu retrouver sa trace.

Et si ce père incarne l’espoir, il faut savoir que chaque année, ce serait moins d’une centaine de ces enfants volés qui retrouveraient leur famille.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK