Des microplastiques découverts à proximité du sommet de l'Everest

Des microplastiques découverts à proximité du sommet de l’Everest
Des microplastiques découverts à proximité du sommet de l’Everest - © NAMGYAL SHERPA - AFP

Des traces de microplastiques ont été découvertes près du sommet de l’Everest, provenant vraisemblablement de l’équipement des centaines de grimpeurs qui se pressent chaque année sur le toit du monde.

Des tentes aux couleurs fluo, du matériel d’alpinisme abandonné, des bonbonnes d’oxygène vides et même des excréments gelés jonchent les pentes du sommet de 8848 mètres, ce qui lui a valu le surnom de "plus haute décharge du monde".

La première étude sur les microplastiques dans l’Everest, menée en 2019 par des scientifiques dans le cadre d’une expédition de la campagne Perpetual Planet de National Geographic et Rolex, montre qu’on en trouve jusqu’à 8840 m d’altitude, avec toutefois des concentrations supérieures au camp de base situé à 5364 m.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue spécialisée sur l’environnement One Earth.

"Les prélèvements ont montré des quantités significatives de fibres de polyester, d’acrylique, de nylon et de polypropylène", écrit Imogen Napper, chercheuse à l’université britannique de Plymouth et qui fait partie des explorateurs dotés d’une bourse de National Geographic.

"J’ai vraiment été étonnée de trouver des microplastiques dans chacun des prélèvements de neige que j’ai analysés", poursuit-elle. "Le mont Everest est un lieu que j’avais toujours considéré comme reculé et intact".

L’étude évoque également la possibilité que des microplastiques soient apportés d’ailleurs par les forts vents de l’Himalaya.On en retrouve également dans des ruisseaux sur la montagne mais avec des concentrations plus faibles.

Ils représenteraient entre 15% et près du tiers des quelque 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK