Des manuscrits millénaires détruits par les rebelles à Tombouctou

"Les rebelles ont mis le feu à l'institut Ahmed Baba créé récemment par les Sud-Africains (...) Cela s'est produit il y a quatre jours", a déclaré à Reuters Halle Ousmane, joint par téléphone à Bamako.

"Les troupes françaises et maliennes ne sont pas encore au centre-ville. Nous avons quelques éléments en ville, peu nombreux. Mais les islamistes ont fait des dégâts avant de partir. Ils ont brûlé des maisons et des manuscrits", a assuré un membre d'une unité de reconnaissance de l'armée malienne, entré dans Tombouctou.

Une source malienne de sécurité a fait état d'un "bâtiment abritant les manuscrits, brûlé". Ces témoignages ont été confirmés par le maire de Tombouctou, Halley Ousmane, qui se trouvait à Bamako.

"J'ai eu ce matin mon chargé de communication au téléphone. Ce qui se passe à Tombouctou est dramatique", a souligné l'élu. "Le centre Ahmed Baba où se trouvent des manuscrits de valeur a été brûlé par les islamistes. C'est un véritable crime culturel", a-t-il dénoncé.

Certains des manuscrits de Tombouctou remontent à l'ère pré-islamique. L'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba abrite entre 60 000 et 100 000 manuscrits, selon le ministère malien de la Culture.

L'opération sur Tombouctou survient deux jours après la prise, lors d'une offensive éclair, de Gao, plus importante ville du nord du Mali et un des bastions des combattants islamistes, à 1200 km au nord-est de Bamako.

RTBF avec agence

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK