Des lobbyistes candidats à la tête d'une agence de sécurité alimentaire

Manifestante contre l’usage des OGM par l’industrie alimentaire.
Manifestante contre l’usage des OGM par l’industrie alimentaire. - © BERTRAND LANGLOIS - IMAGEGLOBE

La Commission européenne vient de nommer des lobbyistes de l’alimentation au conseil d’administration d’une agence européenne chargée du contrôle de la sécurité alimentaire. Les braconniers font-ils toujours de bons gardes-chasse?

L’ONG altermondialiste Corporate Europe Observatory rapporte dans un communiqué de presse que le SANCO ( European Commission's Health and Consumers Directorate) a fait figurer le nom d’un directeur de FoodDrinkEurope -le plus important groupe de lobbying européen- parmi les candidatures au conseil de direction de l’EFSA (European Food Safety Authority).

Deuxième tentative de la Commission européenne

Beate Kettlitz est présentée comme l’une des dirigeantes d’un groupe qui représente les principales corporations alimentaires en Europe. Il s’agirait de la deuxième tentative de la Commission de faire entrer une personnalité de cet organisme dans l’EFSA. La première était Mella Frewen, ancienne lobbyiste de Monsanto dont la candidature avait toutefois été rejetée l’an dernier par le Parlement européen et par les Etats membres.

Le poste est d’autant plus stratégique que l’EFSA est responsable de l’évaluation du risque de tous les problèmes liés à l’alimentation et à la sécurité alimentaire. Or, le Management Board dans lequel entrerait Beate Kettlitz est notamment chargé de l’indépendance de l’EFSA.

L’ONG voit dans cette proposition de candidature "Un signal incompréhensible pour tous ceux qui s’intéressent à la protection des consommateurs et de l’environnement".

“Un tel comité directeur constituerai une menace permanente pour l’indépendance de l’agence européenne" a déclaré Martin Pigeon, chercheur au Corporate Europe Observatory.

Le sujet est d’autant plus d’actualité que 7 sièges du comité directeur de l’EFSA doivent être renouvelés en juin prochain. La liste de 23 noms proposée par la Commission européenne contiendrait 4 personnes ayant des intérêts dans l’industrie alimentaire.

La justification de la Commission vient d’une interprétation favorable à l’industrie de la réglementation de l’EFSA qui avance que 4 des 15 membres "auront une expérience dans des organisations représentant les consommateurs et d’autres intérêts dans la chaîne alimentaire." Une interprétation abusive estime l'ONG. Une question qui était au coeur du débat consacré par notre rédaction au "pouvoir des lobbies en Europe" dans le cadre de notre programme "Ce débat vous intéresse"

J-Cl V

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK