Des étudiants chinois en Australie victimes de "kidnappings virtuels"

Des étudiants chinois en Australie victimes de "kidnappings virtuels"
Des étudiants chinois en Australie victimes de "kidnappings virtuels" - © Pixabay

La famille d’une étudiante chinoise en Australie a payé 213.000 dollars australiens (environ 131.000 euros) à des escrocs après que la jeune femme a subi un "enlèvement virtuel", a indiqué la police australienne lundi. Une autre victime, un homme de 22 ans, étudiant lui aussi, a été piégé pour commettre le "kidnapping". La femme, âgée de 18 ans, avait été portée disparue le 8 septembre. Elle a été retrouvée saine et sauve à Sydney mardi, a confirmé la police de l’État de Nouvelle-Galles-du-Sud.

Pendant plusieurs mois, des escrocs ont contacté l’étudiante par téléphone et par e-mail en se faisant passer pour la police chinoise. Ils l’ont convaincue de participer au faux enlèvement en lui affirmant qu’elle avait été impliquée dans un crime en Chine.

L’homme, persuadé qu’il agissait au nom des autorités chinoises, avait reçu l’ordre de "rencontrer la fille, l’emmener à son domicile et l’y garder parce qu’elle était un témoin protégé de la police chinoise", a expliqué la police australienne.

Les deux étudiants se sont rencontrés avant de se rendre à l’appartement en question, où la jeune femme est restée 8 jours. Pendant cette période, à l’insu de son "ravisseur", elle a envoyé plusieurs vidéos à sa famille via la messagerie cryptée WeChat, affirmant qu’elle était victime d’un enlèvement.

Les escrocs ont ensuite contacté sa famille, qui a transféré 213.000 dollars sur un compte bancaire aux Bahamas.

L’homme ne doit répondre d’aucune accusation. L’étudiante chinoise ignorait qu’elle avait été arnaquée jusqu’à ce que la police australienne la contacte. "Les escrocs maîtrisent la culture de leurs victimes pour pouvoir les persuader qu’elles sont menacées et qu’elles agissent pour le compte des autorités chinoises", a déclaré le directeur de la police criminelle de Nouvelle-Galles-du-Sud, Darren Bennett.

En juillet, la police de cet État australien a alerté au sujet d’une vague d'"enlèvements virtuels" visant des étudiants chinois étudiant en Australie. Huit incidents avaient alors été rapportés en 2020, au cours desquels les escrocs avaient réussi à obtenir 3,2 millions de dollars de rançon.

Selon la police, les arnaqueurs demandent souvent à leurs victimes de cesser tout contact avec leurs proches, de louer une chambre d’hôtel et de prendre des photos ou des vidéos d’eux ligotées et les yeux bandés. Les images sont envoyées à leurs familles à l’étranger afin de leur réclamer une rançon pour les "libérer".

Des escroqueries similaires ont été signalées dans le monde entier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK