Des éléphants d'Asie menacés par un lucratif marché de l'ivoire au Vietnam

"L'explosion des prix de l'ivoire illégal au Vietnam" mettrait de plus en plus en péril "le peu d'éléphants qui survivent" dans la région, estime le groupe Traffic. Les cours de la défense atteindraient jusqu'à 1 500 dollars le kilo (environ 1 100 euros) et pourraient être "les plus élevés du monde".

La plupart de l'ivoire brut viendrait du Laos. Le Vietnam et le Cambodge seraient des pays secondaires d'approvisionnement.

Dans ces trois pays, les éléphants sauvages, estimés à un peu plus de 6 200 à la fin des années 80, n'étaient plus qu'environ 1 500 en 2000.

Au Vietnam, où la couverture forestière a diminué de 50% dans la deuxième partie du XXe siècle sous l'effet combiné des guerres, de l'exploitation du bois et d'une reconversion en terres agricoles, ils seraient moins de 150, selon l'organisation.

Le problème majeur dans ce pays viendrait d'une législation qui interdit le commerce de l'ivoire depuis 1992, mais laisse les petits commerçants écouler

des produits stockés avant cette date. Ils en profiteraient pour vendre des stocks récemment taillés, estime Traffic. En 2008, l'organisation a passé en revue 669 points de vente dans le pays. 11% d'entre eux vendaient de l'ivoire.

Traffic reconnaît avoir trouvé moins d'articles qu'en 2001. Mais "l'ivoire travaillé est de plus en plus vendu directement aux acheteurs à travers des intermédiaires ou sur internet", déplore Azrina Abdullah, à la tête de Traffic en Asie du Sud-Est, dans un communiqué.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK