Grande-Bretagne: des doutes sur la nationalité des 39 victimes du camion de l'horreur

Au moment où la police britannique annonce avoir procédé à trois nouvelles arrestations dans l'enquête sur la découverte de 39 corps dans un camion frigorifique près de Londres, des doutes subsistent quant à l'identité des victimes. 

Ce sont 31 hommes et 8 femmes qui ont été retrouvés, inertes, à l'intérieur d'une remorque ce mercredi, à Gray, dans l'Essex. Dans un premier temps, la police britannique a assuré que les victimes étaient toutes originaires de Chine. Seulement, alors que les autopsies sont en cours afin de déterminer les causes des décès, les forces de l'ordre se montrent, ce vendredi, moins catégoriques dans un communiqué: "Au fil de nos enquêtes, la situation pourrait changer en ce qui concerne l'identification." 

Une prudence justifiée par plusieurs éléments. Ce jeudi, dépêchés sur place, dans le comté d'Essex, des agents de l'Ambassade de Chine se sont refusé à confirmer ou infirmer la nationalité des victimes. "Nous allons pousser la police britannique à continuer son enquête afin de découvrir la vérité" s'est contenté d'indiquer Tong Xuejun, le Consul général de Chine au Royaume-Uni.

Je suis en train de mourir, je ne sais pas respirer

Une vérité que redoutent particulièrement plusieurs familles vietnamiennes. Elles s'inquiètent de ne plus avoir de nouvelles de leurs proches, en partance vers le Royaume-Uni, et ce depuis la découverte du camion. Le Guardian relaie notamment un SMS, celui de Pham Tra My, 26 ans. Mardi soir elle écrit un message en forme d'adieu: "Je suis désolé maman, mon voyage à l'étranger a échoué, maman, je t'aime tellement! Je suis en train de mourir, je ne sais pas respirer…"

Par la suite, la BBC a annoncé que la famille de Pham avait dû verser 30 000 livres aux trafiquants pour son voyage au Royaume-Uni. Son frère, de 19 ans, a confié qu'elle l'avait appelé tôt mardi pour lui dire qu'elle allait entrer dans un conteneur et qu'elle éteindrait son téléphone pour ne pas se faire prendre. Depuis, les passeurs ont rendu une partie de l'argent à la famille. 

L’ambassade du Vietnam à Londres a demandé des informations à la police britannique. En tout, selon la presse outre-manche, 3 familles vietnamiennes disent ne plus avoir de nouvelles de proches depuis la découverte du camion, et une source vietnamienne de conclure, "il est possible que des Vietnamiens figurent parmi les victimes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK