Des chats à six griffes sauvent la maison d'Ernest Hemingway de l'oubli

Direction la Floride. Entre Miami et La Havane : l’île de Key West. C’est là qu’a vécu le prix Nobel de littérature Ernest Hemingway. Sa demeure est devenue un musée. Aujourd’hui, elle est presque désertée à cause du coronavirus. Mais son directeur retombe sur ses pattes grâce à des occupants un petit peu particulier : des chats à six griffes.

Prêts à voyager ? Musique :

Dans sa chanson, Jimmy Buffet l’appelle Margaritaville. Une référence au cocktail qu’on y boit, une ode à la plongée et au bronzage, un hymne au " farniente " légendaire qui règne sur l’île de Key West.

Imaginez. Nous sommes à une centaine de kilomètres de Miami, au nord ouest de la Havane. La chaleur est impitoyable à tel point que notre masque est strié de taches de sueur.

Et oui, le coronavirus n’a pas épargné l’île. À cause de lui les touristes se font rares alors que d’habitude, ils se bousculent pour admirer le coucher du soleil. Ils s’aventurent aussi parfois à passer les portes en fer forgé d’une grande maison coloniale. Il y a des balcons à l’ombre des palmiers, des volets de bois peints en jaune.

À l’intérieur, on y voit une bibliothèque, des photos en noir et blanc et la fameuse machine à écrire… d’Ernest Hemingway. L’écrivain américain a vécu ici il y a presque un siècle.

Dans les années 30, l’auteur de l’Adieu aux armes a partagé ici son quotidien avec sa seconde épouse, la journaliste Pauline Pfeiffer. A la mort d’Hemingway en 1961, la demeure devient un musée pour raconter le vécu du prix Nobel de littérature. Mais aujourd’hui, les touristes désertent à cause du coronavirus mais pas seulement… Ernest Hemingway n’est plus très "enseigné " dans les écoles américaines selon le directeur du musée.

Cette épreuve va-t-elle "sonner le glas" de cette attraction touristique ? C’est sans compter sur les chats qui peuplent cette maison. Ils sont tous descendants du félin offert un jour à l’écrivain. Ils ont une particularité : ils ont six griffes à chaque patte. Une bizarrerie. C’est comme s’ils avaient de gros chaussons aux pieds, ils se baladent nonchalamment, se reposent sur les chaises vieillies par le temps

Il y a même un cimetière qui leur est consacré. Tiffer, Kim, Novak, Adrianna… leurs noms sont gravés dans la pierre. Devenant plus réputé que leur défunt maître. C’est en tout cas ce que laisse penser cette touriste sur la plage : "Le musée Hemingway ? Aucune idée", répond-elle. "Mais vous devriez aller voir la maison des chats ! Ils sont incroyables !"

Et voilà comment le musée Hemingway est retombé sur ses pattes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK