Des Amish coupent neuf barbes, ils sont accusés de crime haineux

Des Amish travaillent aux champs
Des Amish travaillent aux champs - © Stan HONDA (AFP)

Un évêque amish de l'Ohio et 15 autres personnes ont été reconnus coupables jeudi par un tribunal fédéral de crimes haineux pour avoir avoir sauvagement coupé la barbe de coreligionnaires, un affront suprême pour ces protestants vivant hors du monde moderne.

L'accusation a plaidé que Samuel Mullet, 66 ans, leader social et religieux d'une communauté amish de 18 familles de Bergholz, à 150 km de Cleveland, s'était pris pour un Dieu au-dessus des lois en ordonnant à des membres de son clan de lancer une "campagne de terreur" contre neuf coreligionnaires montrant des signes de résistance.

"Les preuves montrent qu'ils ont envahi les maisons de ces personnes, les ont attaquées physiquement, et les ont tondues comme des animaux", a martelé le procureur fédéral Steven Dettelbach.

"Notre communauté et notre nation doivent montrer une tolérance zéro à l'égard de ce type d'intransigeance religieuse", a-t-il ajouté.

Les quatre agressions séparées ont été menées à l'automne dernier, à chaque fois la nuit.

Ces agressions visaient à humilier les victimes, la barbe étant le symbole suprême de l'homme, et ne devant plus être coupée une fois qu'il est marié, conformément aux préceptes bibliques de cette communauté.

Les avocats de la défense ont avancé que jamais de tels actes n'avaient entraîné une inculpation pour crime haineux. Ils ont ajouté que l'amour et la compassion avaient motivé les assaillants, qui souhaitaient simplement que leurs victimes reviennent dans le droit chemin et retournent au mode de vie traditionnel amish.

Multimillionnaire père de 18 enfants, Samuel Mullet a été inculpé pour avoir ordonné ces attaques mais n'est pas accusé d'y avoir participé.

Les Amish, des protestants émigrés d'Allemagne, de Suisse et d'Alsace à la fin du XVIIIe siècle, sont environ 260 000 répartis dans 28 Etats américains et la province canadienne de l'Ontario. Se déplaçant en carrioles, ils bannissent télévision, ordinateur et électricité.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK