Dernier hommage à Winnie Mandela, l'égérie de la lutte anti-apartheid

Des dizaines de milliers de personnes sont attendues samedi dans le township sud-africain de Soweto pour rendre un dernier hommage à Winnie Madikizela-Mandela, porte-flambeau populaire mais controversé de la lutte contre l'apartheid, décédée le 2 avril.

Ses obsèques, organisées dans un stade d'une capacité de 40.000 personnes dans la banlieue pauvre de Johannesburg, et son enterrement dans la foulée concluent dix jours de deuil national. Depuis le décès de "Mama Winnie" le 2 avril à 81 ans des suites d'une longue maladie, les cérémonies d'hommages se sont succédé dans le pays tout entier.

Samedi, le cortège funéraire doit quitter à l'aube la maison de la "pasionaria des townships" pour le stade d'Orlando, à quelques kilomètres de là. Pour l'occasion, des centaines de bus ont été affrétés pour transporter la foule de ses nombreux fidèles.

Ne pas "diaboliser" Winnie

Plusieurs dirigeants étrangers, dont les chefs d'Etat congolais Denis Sassou Nguesso et namibien Hage Geingob, sont attendus à la cérémonie, où le président sud-africain Cyril Ramaphosa prononcera l'éloge funèbre. Cette semaine, le président Ramaphosa a demandé à ne pas "diaboliser" Winnie.

Après les funérailles officielles, l'égérie populaire doit être enterrée samedi après-midi dans le cimetière de Fourways, un quartier résidentiel de Johannesburg, aux côtés de l'une de ses petites-filles décédée en 2010.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK