Déraillement d'un TGV d'essai en France: la motrice a percuté le pont avant de dérailler

D'après les premiers éléments de l'enquête, la motrice a "percuté" le pont et "le train a ensuite déraillé avant de basculer sur le tallus de la ligne ferroviaire".
D'après les premiers éléments de l'enquête, la motrice a "percuté" le pont et "le train a ensuite déraillé avant de basculer sur le tallus de la ligne ferroviaire". - © FREDERICK FLORIN - AFP

La rame d'essai du TGV qui a déraillé samedi en Alsace (est de la France), faisant au moins 11 morts et 37 blessés, a percuté un pont avant de quitter la voie et chuter de la ligne ferroviaire, selon un premier scénario d'accident, a indiqué dimanche le parquet de Strasbourg.

D'après les premiers éléments de l'enquête, la motrice a "percuté" le pont et "le train a ensuite déraillé avant de basculer sur le tallus de la ligne ferroviaire", a déclaré le procureur-adjoint du parquet de Strasbourg Alexandre Chevrier.

Un porte-parole de la SNCF a confirmé ce premier scénario, précisant que dans le choc de l'accident, le train s'était séparé en deux.

Des enfants dans la rame

En début de soirée, plus aucun corps ne se trouvait sur le site, a ajouté Alexandre Chevrier en précisant qu'aucune nouvelle victime n'avait été retrouvée lors des recherches menées dimanche.

Tandis que le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, avait confirmé dans la journée "la présence d'un certain nombre d'accompagnants dans la rame", dont des enfants, le parquet de Strasbourg n'était pas en mesure de préciser leur nombre.

Le procureur-adjoint a exprimé des réserves concernant le cas supposé de cinq personnes portées disparues, évoqué samedi par les enquêteurs, soulignant qu'un travail de "recoupement" des personnes à bord de la rame était en cours.

Les onze tués faisaient partie d'une équipe d'une cinquantaine de techniciens et cheminots à bord de la rame, qui effectuait un essai sur la ligne à grande vitesse destinée à relier Paris à Strasbourg en 01H48, à partir d'avril 2016, contre 02H20 actuellement.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK