Départ de Yanis Varoufakis? "Ce n'est pas à l'ordre du jour", dit Tsipras

Tsipras s'est à nouveau déclaré confiant quant à la conclusion rapide d'un accord avec les institutions internationales. Il croit à "une fin heureuse" des négociations cruciales qui sont actuellement en cours avec les créanciers du pays, l'UE et le FMI, concernant les réformes que son gouvernement doit réaliser pour bénéficier des prêts internationaux. "Il y a des puissances (en Europe) qui représentent des intérêts précis et qui souhaitent la rupture mais il y a aussi des puissances - qui vont prévaloir - visant à un compromis sincère et honnête", a estimé le Premier ministre. "Je suis optimiste sur une fin heureuse très prochainement de cette première phase de négociations et sur la normalisation de la situation".

Samedi, des experts de la Grèce, de l'UE, de la BCE, du FMI et du Mécanisme européen de stabilité (MES) ont commencé à passer au crible à Bruxelles la liste des réformes, qui selon Athènes, devraient rapporter à l’État grec trois milliards d'euros, et ramener un taux de croissance de 1,4% en Grèce en 2015. Les discussions se poursuivent dimanche.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK