Denver: Barack Obama a fait un rêve

Accueilli par une clameur audible à 2km à la ronde, Barack Obama a commencé son discours en disant qu'il acceptait la nomination démocrate "avec une profonde gratitude et une grande humilité".

Pendant 45 minutes, devant au moins 75 000 partisans en délire réunis dans un stade, première depuis 1960 et le candidat démocrate J.F. Kennedy, le candidat démocrate a détaillé son programme.

Il a évoqué la nécessité de restaurer ce qu'il a appelé "la promesse américaine: l'idée que nous sommes responsables de nous-mêmes mais aussi que nous tombons et nous relevons comme un seul pays". "Si on travaille dur et que l'on fait des sacrifices, chacun d'entre nous peut atteindre son rêve et au-delà se rassembler dans la grande famille américaine pour s'assurer que la prochaine génération pourra à son tour poursuivre ce rêve", a expliqué Barack Obama.

Barack Obama a également décoché des flèches meurtières à son adversaire républicain, John Mc Cain. "Je ne pense pas que le sénateur McCain se moque de ce qui se passe dans la vie des Américains. Je pense simplement qu'il ne le sait pas. Autrement, pourquoi définirait-il la classe moyenne comme (ceux) qui gagneraient moins de 5 millions de dollars par an", s'est-il interrogé.

Le candidat démocrate a également affirmé qu'il était prêt à défendre les Etats-Unis, mais pas à n'importe quel prix. "En tant que commandant en chef, je n'hésiterai jamais à défendre ce pays, mais j'enverrai nos soldats risquer leur vie seulement pour une mission claire et avec l'engagement sacré qu'ils auront tout l'équipement nécessaire pour combattre et qu'ils bénéficieront des soins et des aides qu'ils méritent quand ils rentreront".

Avant que Barack Obama prenne la parole, l'ancien candidat à la présidence et prix Nobel de la Paix, Al Gore s'est exprimé devant les 75 000 spectateurs. Critiquant la politique de G.W. Bush et assurant que John Mc Cain continuerait celle-ci, il a provoqué l'hilarité de la foule en déclarant : "Ecoutez, je suis partisan du recyclage, mais là, c'est ridicule!".

Ce jeudi marquait le 45e anniversaire du célèbre discours du pasteur assassiné et autre prix Nobel de la Paix Martin Luther King « I had a dream ». Le fils de pasteur, Martin Luther King III, a d'ailleurs affirmé que son père serait fier de Barack Obama.

Lire aussi: Les principaux points du discours de Barack Obama

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK