Saad Hariri, Premier ministre libanais démissionnaire, a annoncé son retour au pays

Saad Hariri, Premier ministre libanais démissionnaire, a annoncé son retour au pays
3 images
Saad Hariri, Premier ministre libanais démissionnaire, a annoncé son retour au pays - © BERTRAND GUAY - AFP

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est arrivé samedi matin à Paris où il a été reçu à déjeuner avec le président Emmanuel Macron et s'entretenir avec lui de la crise libanaise qui reste entière, deux semaines après sa démission choc dans un contexte tendu entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Il a informé le président libanais Michel Aoun par téléphone qu'il serait de retour au Liban pour la fête de l'Indépendance, le 22 novembre.

Son avion privé s'est posé à 07h00 locales sur l'aéroport du Bourget, au Nord de Paris, puis une escorte de motards a accompagné le convoi de M. Hariri et son épouse Lara jusqu'à leur domicile parisien, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ancienne puissance mandataire du Liban, la France a joué les médiateurs et le président Macron a invité à Paris M.Hariri et sa famille "pour quelques jours ou quelques semaines", afin de tenter de sortir de l'impasse née de sa démission annoncée le 4 novembre à Ryad. Une solution acceptée par M. Hariri avec l'accord du parrain saoudien.

Toujours considéré comme Premier ministre par la France

Avant de quitter Ryad vendredi soir, le Premier ministre démissionnaire s'était entretenu avec l'homme fort de l'Arabie saoudite, le prince héritier Mohammad ben Salmane. "Il a tenu une réunion excellente, fructueuse et constructive avec le prince héritier", a confié à l'AFP une source proche de M. Hariri sous couvert de l'anonymat.

Le président Macron a précisé vendredi qu'il accueillerait Saad Hariri "en tant que Premier ministre" du Liban car "sa démission n'est pas reconnue dans son pays puisqu'il ne s'y est pas rendu".

"Il a vocation, je crois, à se rendre dans son pays dans les jours ou les semaines à venir", a précisé le chef de l'État français devant la presse à l'issue du sommet social européen de Göteborg (Suède). C'est une invitation "amicale pour discuter avec lui et accueillir le Premier ministre d'un pays ami".

Il dément avoir été retenu en Arabie Saoudite

"Dire que je suis retenu en Arabie saoudite et interdit de quitter le pays est un mensonge. Je suis en route pour l'aéroport M. Sigmar Gabriel", a tweeté Saad Hariri, dont la famille est proche de l'Arabie saoudite mais dont de nombreux Libanais craignaient qu'il n'y soit pas libre de ses mouvements, ou y avait été poussé à démissionner.

Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, avait rencontré jeudi son homologue libanais Gebran Bassil, à Berlin. Lors d'une conférence de presse commune, les deux hommes avaient appelé au retour de Saad Hariri au pays, où sa démission n'a pas encore été officiellement acceptée par le président Michel Aoun. Sigmar Gabriel avait ajouté qu'un voyage du Premier ministre démissionnaire vers Paris, où il a été invité à se rendre par la France qui mène un rôle actif de tentative d'apaisement dans ce dossier, serait un "signal clair" que la liberté de mouvement de Saad Hariri n'est pas entravée en Arabie saoudite, comme le craignent la population et des observateurs.

Le président libanais lui-même a accusé Riyad de retenir le Premier ministre, qui dispose également de la nationalité saoudienne mais mène un gouvernement incluant des représentants du Hezbollah chiite, soutenu par l'Iran, grand rival régional de l'Arabie. A l'occasion d'un déplacement à Riyad, le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian avait annoncé jeudi que Saad Hariri a accepté l'invitation de la présidence française à se rendre à Paris. Il doit s'y rendre vendredi soir avec sa famille, avant d'être reçu samedi midi à l'Elysée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK