Démission de la cheffe de la police d'Atlanta, poursuite des manifestations contre le racisme dans le monde

Chaîne humaine contre le racisme à Berlin, le 14 juin 2020.
Chaîne humaine contre le racisme à Berlin, le 14 juin 2020. - © John MACDOUGALL

La cheffe de la police d'Atlanta a démissionné après qu'un policier a mortellement blessé un suspect afro-américain au cours d'une tentative d'arrestation, une affaire qui a alimenté la colère des manifestants aux Etats-Unis, tandis que la mobilisation contre le racisme s'est poursuivie dimanche à travers le monde.


►►► À lire aussi : manifestations à Atlanta après le décès d'un suspect noir abattu par la police


Dans sa première réaction à la vague d'actions de protestation sur le territoire américain, le président russe Vladimir Poutine a quant à lui estimé que les manifestations contre le racisme et les violences policières y étaient l'expression de "profondes crises internes" mais qu'elles ne devaient pas se transformer "en pagaille et en émeutes".

A Atlanta, la capitale de l'Etat de Georgie, des centaines de manifestants ont bloqué samedi une autoroute et ont incendié un restaurant près duquel Rayshard Brooks a été abattu pendant un incident avec la police, d'après les médias locaux. Des dizaines de personnes ont été arrêtées, selon CNN, citant la police de cette ville.

La maire, Keisha Lance Bottoms, dont le nom a été avancé comme celui d'une possible colistière du démocrate Joe Biden pour l'élection présidentielle de novembre, a annoncé dans des déclarations télévisées la démission "immédiate" d'Erika Shields, qui dirigeait la police d'Atlanta depuis plus de 20 ans.

La mort de Rayshard Brook est intervenue vendredi soir sur fond de poursuite des manifestations contre les violences policières et contre le racisme aux Etats-Unis et dans d'autres pays, à la suite du décès de George Floyd, un Afro-Américain qui a péri asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

L'Afro-Américain Rayshard Brooks a été abattu par deux tirs de balle dans le dos, selon l'expertise communiquée par le bureau médical du compté de Futlon en Géorgie, et cité par CNN. La victime, qui était aux mains de deux policiers blancs lors d'une tentative d'arrestation, a succombé aux blessures infligées par les tirs, ayant endommagé des organes et occasionné des pertes de sang.

D'"autres options"

Selon un rapport officiel, Rayshard Brooks, 27 ans, s'était endormi dans sa voiture sur l'allée du drive-in du restaurant Wendy's et des employés de l'établissement ont appelé la police parce que son véhicule bloquait les clients.

L'homme était en état d'ébriété et a résisté lorsque la police a voulu l'arrêter, affirme dans son rapport le Bureau d'enquête de Georgie (GBI).

Les images de surveillance vidéo montrent qu'"au cours d'une lutte physique avec les agents, Brooks s'est emparé du Taser de l'un des agents et a pris la fuite", ajoute le GBI.

"Les agents ont poursuivi Brooks à pied", mais l'homme "s'est retourné et a pointé le Taser vers l'agent qui a utilisé son arme, touchant Brooks".

Transporté dans un hôpital et opéré, il est mort peu après, disent encore les enquêteurs, selon lesquels un agent a été blessé.

Le policier qui a tiré, identifié comme étant Garrett Rolfe, a été renvoyé de la police d'Atlanta et un deuxième policier a été affecté à des tâches administrative, a annoncé la chaîne de télévision ABC News.

Un avocat agissant au nom de la famille de la victime, Chris Stewart, a condamné cet usage disproportionné de la force.

"En Georgie, un Taser n'est pas une arme mortelle (...). Il y avait d'autres options que de lui tirer dans le dos", a-t-il déclaré aux journalistes.

Rayshard Brooks était le père de quatre enfants et avait célébré le jour-même le 8e anniversaire de sa fille, selon l'avocat.

C'est le 48e cas de fusillade impliquant un policier sur lequel le GBI enquête depuis le début de cette année, a écrit un journal local, l'Atlanta Journal-Constitution. Quinze de ces fusillades ont été mortelles.

Chaîne humaine à Berlin

En Europe, au lendemain de manifestations contre le racisme en France, en Grande-Bretagne ou en Suisse, ce sont les Allemands qui sont descendus dans la rue dimanche, formant notamment une chaîne humaine à Berlin, tout en respectant la distanciation sociale pour éviter une propagation du coronavirus.


►►► À lire aussi : "Tous solidaires": nouvelles manifestations mondiales contre les violences policières


En France, Human Rights Watch a appelé le président Emmanuel Macron à annoncer des "réformes concrètes" afin de couper court aux "contrôles d'identité abusifs et discriminatoires" et au "racisme au sein des forces de l'ordre".

Dans ce contexte, la statue d'un célèbre journaliste italien, Indro Montanelli, a été dégradée et souillée samedi soir par des inconnus dans un jardin de Milan. L'inscription "raciste, violeur" a été taguée à la peinture noire sur le socle de ce monument.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK