Déconfinement en Hongrie: Viktor Orban prévoit d'abandonner ses pouvoirs spéciaux à la fin du mois

Viktor Orban à Budapest, le 15 mai 2020
2 images
Viktor Orban à Budapest, le 15 mai 2020 - © ANDREJ ISAKOVIC - AFP

L'état d'urgence controversé adopté en Hongrie pour lutter contre le nouveau coronavirus devrait être levé à la fin du mois de mai, a indiqué vendredi le premier ministre Viktor Orban, accusé de profiter de la pandémie pour renforcer son pouvoir.

"Nous nous attendons à ce que le gouvernement soit en mesure de rendre au Parlement les pouvoirs spéciaux qu'il a reçus en raison de la pandémie à la fin du mois de mai", a déclaré M. Orban lors d'un déplacement officiel en Serbie, un pays frontalier.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


La législation d'urgence adoptée le 30 mars dernier a accordé au premier ministre nationaliste le pouvoir de gouverner par décret jusqu'à ce que son cabinet déclare la fin de la pandémie.

Au niveau national comme européen, de nombreuses voix se sont élevées, accusant M. Orban de profiter de la crise pour affaiblir la démocratie en Hongrie, un pays membre de l'Union européenne où l'Etat de droit a déjà été fragilisé par les dix années de pouvoir du Premier ministre souverainiste.

En vertu d'une nouvelle infraction également instaurée fin mars, des Hongrois ont été par ailleurs interpellés par la police pour avoir critiqué sur les réseaux sociaux la gestion de la pandémie par les pouvoirs publics.

Jeudi, la Commission européenne a souhaité que la Hongrie, visée depuis septembre 2018 par une procédure pour violations présumées des valeurs fondatrices de l'UE, "revienne dans le club des pays incontestablement démocratiques".

Sujet du JT du 30 mars 2020:

Depuis son retour au pouvoir en 2010, Viktor Orban est régulièrement épinglé par des organisations internationales pour son autoritarisme. La semaine dernière, l'ONG américaine Freedom House a retiré son pays de la liste des Etats démocratiques et l'a classé dans celle des "régimes hybrides".

Budapest a vigoureusement rejeté les critiques et a toujours affirmé que l'état d'urgence serait levé dès la fin de la pandémie. "Cet ordre juridique spécial que nous avons établi en Hongrie a permis au gouvernement et à son chef de prendre rapidement des décisions graves et difficiles en raison de l'épidémie", a déclaré M. Orban lors d'une conférence de presse conjointe avec le président serbe Aleksandar Vucic vendredi.

"Tout le monde aura bientôt la possibilité de présenter des excuses à la Hongrie pour les accusations infondées adressées à son encontre", a ajouté le dirigeant.