Décision de justice: Israël contrainte de bouger le "mur de l'apartheid"

Le tracé controversé de la barrière -qualifiée de "mur de l'apartheid" par les Palestiniens- va s'éloigner du village de Bilin pour se rapprocher d'une colonie israélienne voisine à la suite d'une décision de la Cour suprême israélienne remontant à 2007.

La Cour avait alors statué que la barrière empiétait sur des terrains privés appartenant à des Palestiniens.
"La nouvelle clôture de sécurité va agrandir le territoire appartenant aux Palestiniens de cette région", a affirmé l'armée dans un communiqué, ajoutant que cette opération de déroutement avait coûté 5 millions de shekels (1 million d'euros).

Les manifestations se multipliaient dans le village de Bilin

Le village de Bilin - devenu un des hauts lieux de la contestation contre le mur israélien - accueille chaque vendredi des manifestations de protestation, auxquelles participent des Palestiniens et des militants d'extrême-gauche israéliens et internationaux.

Présentée par Israël comme une "clôture antiterroriste", la barrière doit s'étendre à terme sur 723 km. Aujourd'hui longue de 413 km, elle empiète sur la Cisjordanie et rend problématique la création d'un Etat palestinien viable.

Dans un avis rendu le 9 juillet 2004, la Cour internationale de justice (CIJ) a jugé cette barrière illégale et exigé son démantèlement, de même que l'Assemblée générale de l'ONU. Israël n'a pas tenu compte de ces demandes.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK