Décès de l'Américain Otto Warmbier après sa libération par la Corée du Nord: sa famille refuse l'autopsie

Décès d'Otto Warmbier, sa famille refuse l'autopsie
Décès d'Otto Warmbier, sa famille refuse l'autopsie - © HANDOUT - AFP

Les parents d'Otto Warmbier, cet étudiant américain décédé peu de temps après avoir été libéré par la Corée du Nord, ont refusé qu'une autopsie soit pratiquée sur le corps du jeune homme de 22 ans. Sans examen post-mortem du défunt, la cause précise de la mort ne pourra pas être établie, ont indiqué les autorités de l'Etat de l'Ohio.

Otto Warmbier avait été rapatrié le 13 juin aux Etats-Unis dans le coma avec de graves lésions cérébrales, dont l'origine reste jusqu'ici inconnue, selon ses médecins, après 17 mois de détention en Corée du Nord. Il est décédé lundi, à Cincinnati, dans l'Ohio.

Les autorités nord-coréennes affirment qu'il était dans cet état depuis environ un an, ne s'étant pas réveillé après l'administration d'un somnifère. Elles prétendent qu'il souffrait de botulisme mais les médecins américains n'en ont pas trouvé trace dans son organisme.

Tensions exacerbées

Le jeune homme avait été arrêté en janvier 2016 alors qu'il s'apprêtait à quitter la Corée du Nord à l'issue d'un voyage organisé. Il avait ensuite été condamné en mars par la Cour suprême nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés, pour avoir subtilisé une affiche de propagande dans l'hôtel où il logeait.

La mort d'Otto Warmbier survient dans un contexte de tensions exacerbées entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sur le programme d'armement nucléaire que Pyongyang continue de développer.

Trois Américains sont toujours détenus dans ce pays, deux hommes qui enseignaient dans une université de Pyongyang financée par des groupes chrétiens étrangers et un pasteur américano-coréen accusé d'espionnage au profit de Séoul.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK