Début du procès Balkany : les époux sont suspectés d’avoir dissimulé 13 millions d’euros

Les Balkany seront sur le banc des accusés pendant 6 semaines.
Les Balkany seront sur le banc des accusés pendant 6 semaines. - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Le procès des époux Balkany débute ce lundi à Paris. Ces élus locaux de la riche banlieue parisienne sont soupçonnés d’avoir dissimulé plus de 13 millions d’euros à l’administration fiscale française. Les faits qui leur sont reprochés s’étalent sur 30 ans.

Concrètement, les chefs d’accusation sont les suivants : « blanchiment de fraude fiscale aggravée, commis de façon habituelle », « blanchiment de corruption par une personne dépositaire de l’autorité publique », et « déclaration incomplète ou mensongère de situation patrimoniale par un parlementaire ». « Les époux Balkany ont mis en place de multiples structures offshore permettant de constituer un patrimoine occulte, en ayant recours à des prête-noms, les faits étant réitérés à grande échelle », a résumé le juge d’instruction Renaud van Ruymbeke.

Somptueuses villas

Au cœur de l’enquête, il y a de somptueuses villas, que le couple aurait tenté de dissimuler. Est visé, entre autres, un riad à Marrakech détenu par une société panaméenne au nom d’un proche de Patrick Balkany. Les Balkany ont toujours nié en être les propriétaires, mais les enquêteurs pensent qu’ils en sont bien les seuls bénéficiaires. Une suspicion alimentée par la découverte de peignoirs brodés aux initiales PB dans le riad et de caisses de vin au nom de Patrick Balkany dans la cave. Surtout, les enquêteurs ont établi que le prix de vente officiel, près de 3 millions d’euros, avait été payé par un homme d’affaires saoudien, au moment où celui-ci négociait un super projet immobilier à Levallois, la commune des Balkany.

Par ailleurs, dans la longue liste de transactions suspectes, Patrick Balkany aurait reçu plus de 2 millions d’euros de « dessous de table » de la part d’un industriel belge, Georges Forrest, en échange d’une aide pour un contrat minier en Namibie. Des montages financiers et sociétés écran afin d’échapper au FISC sont aussi évoqués. Le couple Balkany reconnaît des manquements fiscaux, mais explique son train de vie par des héritages.

Le couple doit comparaître pendant six semaines devant le tribunal correctionnel de Paris, à compter d’aujourd’hui. Isabelle Balkany a été hospitalisée au début du mois après avoir absorbé des médicaments dans le but de mettre fin à ses jours. Elle devrait être représentée par son avocat.

Me Pierre-Olivier Sur, avocat d'Isabelle Balkany, annonce que sa cliente ne sera présente au procès

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK