De retour au large de la Libye, l'Aquarius secourt 25 migrants

Le navire Aquarius
Le navire Aquarius - © BORIS HORVAT - AFP

Le navire humanitaire Aquarius, au coeur d'une tempête diplomatique en juin, a secouru vendredi matin 25 migrants au large de la Libye, relançant le débat sur le port où les débarquer, ont annoncé les deux ONG qui l'affrètent.

Les migrants, 19 hommes et 6 femmes, se trouvaient à bord d'une petite barque en bois, dans les eaux internationales à 26 milles nautiques des côtes libyennes, au nord de Zouara, ont précisé SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF).

"Nous en avons informé toutes les autorités concernées", ont ajouté les deux ONG.

Les migrants sont fatigués et certains présentent des signes de déshydratation, mais aucun ne semble présenter d'urgence médicale, a précisé un responsable de MSF à bord.

Dans la nuit du 9 au 10 juin, l'Aquarius avait récupéré 630 migrants au large de la Libye, dont plus de la moitié transférés par des navires militaires à la demande des garde-côtes italiens.

Mais le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) arrivé en poste 10 jours plus tôt, avait refusé de les laisser débarquer en Italie. Après les refus de Malte et de la France, l'odyssée du navire s'était achevée le 17 juin dans le port espagnol de Valence.

Depuis, d'autres migrants secourus au large de la Libye, par des navires humanitaires, militaires ou commerciaux, ont été débarqués en Espagne, à Malte, en Tunisie mais aussi en Italie, le plus souvent après de longues journées de discussions et d'attente.

Jeudi, 87 migrants sont arrivés en Espagne à bord de l'Open Arms, le navire d'une ONG espagnole qui les avait secourus une semaine plus tôt au large de la Libye.

L'Aquarius est pour sa part resté un mois en escale technique à Marseille, où ses capacités d'accueil ont été améliorées pour pouvoir tenir plus que les 48 heures habituelles avec des migrants à bord: stocks de nourriture, sanitaires améliorés, traitement des déchets...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK