De plus en plus de Français demandent l’euthanasie en Belgique

« Chaque jour, un Français me demande l’euthanasie » explique le docteur Yves de Locht. Ce médecin pratique l’euthanasie depuis dix ans. Chaque jour, il reçoit une demande d’ouverture de dossier. Ce sont des femmes et des hommes âgés de 28 à 85 ans et issus de tous milieux. Une sollicitation telle qu’il lui est impossible de faire face, tant il a de dossiers en attente. « Il y a tellement d’appels que quand je vois le préfixe français s’afficher sur mon écran, je ne réponds plus. Je ne peux plus faire face. J’ai 73 ans. Ce n’est pas possible. Émotionnellement, je ne peux pas faire cela tous les jours » explique le médecin. Il rajoute : « Moi, j’ai entendu un patient qui demandait une euthanasie ou une sédation profonde dans un hôpital français. Les médecins ont refusé car son état n’était pas assez grave. Ce patient a demandé à être alors euthanasié en Belgique ou en Suisse. L’hôpital français a donc tout fait pour le retaper pour qu’il puisse aller mourir à l’étranger. Ce sont des situations épouvantables qui prouvent qu’il faut une autre loi. »

En France, la loi Leonetti pose question 

Cette loi française, c’est la loi Leonetti. Le texte a pour objet d’éviter les pratiques d’euthanasie, et d’empêcher l’acharnement thérapeutique. Il permet au patient de demander, dans un cadre défini, l’arrêt d’un traitement médical trop lourd. Cette volonté peut notamment être exprimée par le biais de directives anticipées par le recours à une personne de confiance. Dans le même temps, cette loi propose de développer les soins palliatifs donnés aux patients en fin de vie, afin de prendre en compte leurs souffrances. Une distinction nette est ainsi tracée entre le traitement médical, qui peut être interrompu s’il est jugé disproportionné par rapport à l’amélioration attendue, et les soins, dont la poursuite est considérée comme essentielle pour préserver la dignité du patient.

Le docteur de Locht est clair : « Je pense que la loi Leonetti n’est pas suffisante parce qu’elle interdit l’euthanasie. Elle permet des sédations profondes et continues qui sont plus ou moins des euthanasies détournées. Le médecin peut toujours s’opposer à la demande du patient. Donc cela n’est pas suffisant. J’ai des patients français qui voulaient mourir mais on leur a dit non car ils n’étaient pas encore en toute fin de vie. »

23 patients étrangers euthanasiés. Officiellement...

« Je pratique une douzaine d’euthanasies par mois, en moyenne. 60% d'entre-elles concernent des Français » explique le docteur de Locht. Pour Jacqueline Herremans, membre de la commission fédérale euthanasie: « En 2016-2017, 23 patients ont été euthanasiés. Mais ces chiffres sont sous-évalués parce que les médecins ne sont pas dans l’obligation d’indiquer le lieu. Il y a donc plus de demandes que cela. »

Le docteur de Locht poursuit : « Je suis encore maintenant, tous les jours confronté à des demandes de patients français qui sont gravement malades. Et cela va même plus loin. Il y a des patients français qui sont tellement angoissés par cette non-évolution de la loi française qui viennent me trouver alors qu’ils sont en bonne santé. Ils veulent ouvrir un dossier en Belgique pour être certain que si un jour ils ont un problème et qu’un jour cela ne va plus, ils pourront alors entreprendre les démarches en Belgique. »

Donner la mort reste un geste auquel on ne s’habitue pas. Pourtant, chaque fois, Yves de Locht sait avoir été utile en mettant fin à des agonies qu’il juge parfois inutiles.

 

Vincent Lambert : une bataille juridique acharnée

France : Vincent Lambert arrêt des soins imminent (19/05/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK