Dans le rétro : quand les passations de pouvoir à la Maison-Blanche se déroulent… cordialement (photos et vidéos)

L'investiture du président américain a toujours lieu le 20 janvier à Washington.
28 images
L'investiture du président américain a toujours lieu le 20 janvier à Washington. - © BELGA/AFP

Seulement, et c’est une première depuis 150 ans, ce dernier ne sera pas présent pour l’intronisation de son successeur. La capitale fédérale est sous tension : quartiers barricadés, des milliers de militaires de la garde nationale déployés, FBI sur le pied de guerre, prêt à contrer des groupes d’extrême droite venus protester.

Les investitures ont toujours lieu en grande pompe et sont souvent le prétexte à des réjouissances populaires. Cette année, ce sera donc différent.

L’armée dans les rues, des personnalités masquées et les milliers de spectateurs présents habituellement sur le National Mall, cette gigantesque esplanade devant le Capitole, remplacés par des… petits drapeaux. La crise sanitaire et l’insurrection du 6 janvier sont passées par là…

Offrons-nous néanmoins, grâce à des photos et des archives, un léger coup d’œil dans le rétro afin de nous souvenir de quelques-unes des précédentes cérémonies du 20 janvier.

2017 : Barack Obama – Donald Trump

Ils ont laissé, pour un moment, leurs rancœurs de côté. La farouche détestation entre les deux hommes et le fait que le vote populaire ait été remporté par la candidate démocrate n’ont pas empêché une investiture de Donald Trump dans les règles de l’art. L’imprévisible candidat républicain a ainsi respecté la tradition et le protocole. Après s’être rendus à l’église St John, le couple présidentiel, le vice-président Mike Pence et son épouse ont été accueillis pour un thé à la Maison Blanche par Barack et Michelle Obama, puis la petite troupe a rejoint le Capitole.


A lire aussi : "Yes we can, Yes we did", revivez en vidéo les meilleurs moments du discours d’adieu d’Obama


Par ailleurs, le nouveau président ne change pas radicalement, et son discours, à base d'"America First", sera claironnant. "Nous ne transférons pas seulement le pouvoir d’une administration à une autre, ou d’un parti à un autre mais transférons le pouvoir de Washington et le rendons à vous, le peuple" dira-t-il notamment.

Prestation de serment de Donald Trump, le 20 janvier 2017 :

Pour les à-côtés, pas de grand concert d’artistes populaires en fin de journée, mais des manifestations féministes et anti-Trump dans les rues de Washington, et un pays toujours très divisé.


A lire aussi : Vendredi 20 janvier 2017, le jour où Donald Trump est devenu le 45e président des Etats-Unis


Le mandat du milliardaire devenu président s’annonçait électrique… Et dès le 21 janvier, Trump de commencer à détricoter tout ce que Barack Obama avait fait, comme l’Obamacare, son assurance santé. Et très vite, un autre sujet faisait l’actualité, cette fois concernant l’investiture : Donald Trump soutenait mordicus qu’il avait fait déplacer plus de spectateurs sur l’esplanade du Capitole que son prédécesseur. Pourtant, les photos montraient tout le contraire… Déjà un avant-goût de ce qu’on allait appeler "les faits alternatifs".

2009 : George W. Bush – Barack Obama

Du grand spectacle. L’Amérique et le monde sont estomaqués devant l’avènement de Barack Obama, surprise des primaires démocrates et source d’espoir pour bon nombre d’Américains. Il gagne face à John McCain, candidat républicain, après deux mandats de George W. Bush. Le climat est à la fête.

La journée est ensoleillée en ce 20 janvier 2009, et c’est un défilé de stars qui s’empare du Capitole. John Williams se charge de la musique, Aretha Franklin, elle, de chanter l’hymne américain (Ce sera Beyoncé – peut-être en play-back ?- quatre ans plus tard), et c’est toute la planète qui se met à rêver.

 

 

2001 : Bill Clinton – George W. Bush

La bataille a été serrée. Entre le démocrate Al Gore et George W. Bush, ça s’est joué à un cheveu… Et un cheveu de Floride. L’élection de 2000 a finalement été remportée par George Walker Bush, qui rempilera quatre ans plus tard (il gagnera encore en 2004 face à John Kerry).


A lire (et écouter) aussi : Un jour dans l’Info : 2000, des élections présidentielles américaines secouées


Qu’à cela ne tienne, la journée se déroule cordialement. Et un membre de la dynastie Bush de revenir parmi les ors de la Maison-Blanche.

Prestation (émouvante) de serment de George W. Bush :

La cérémonie d’investiture en images (Sonuma/RTBF) :

1993 : George Bush (senior) – Bill Clinton

Deux partis différents se succèdent en 1993. Le républicain George Bush (père), cède, après un unique mandat, sa place au gouverneur de l’Arkansas, le démocrate Bill Clinton. Ça faisait 12 ans que les démocrates n’avaient pas accédé au bureau ovale. Les Clinton y resteront pour deux mandats. Pour le moment, pas d’avantage

Le président du "Nouvel ordre mondial" et de la première guerre en Irak laisse les clefs de la Maison-Blanche dans un climat apaisé, lui adressant même une lettre d’encouragement. "(… )Je ne suis pas très doué pour donner des conseils ; simplement, ne laisse pas les critiques te décourager ou te pousser à abandonner. Lorsque tu liras cette lettre, tu seras notre président. Je te souhaite bonne chance. Je souhaite bonne chance à ta famille. […]" peut-on lire dans ce message qui sera, 27 ans plus tard, très partagé sur les réseaux sociaux américains, comme le souligne le journal La Croix.


A lire aussi : L’ancien président américain George Bush Senior est décédé à 94 ans


Pour la petite histoire, George Bush avouera en 2017 avoir voté Hillary Clinton et non pas Donald Trump à la présidentielle.

Passation de pouvoir en images, dans le JT de Françoise Palange :

L’arrivée de Bill Clinton, aussi musicien (et qui restera président pour deux mandats) est l’occasion de réjouissances avec certains artistes. Un show bien huilé marquera la fin de la cérémonie d’investiture, avec le couple présidentiel entouré de Michaël Jackson, Barbara Streisand, Wynton Marsalis, Chuck Berry…

Strass et paillettes. That’s America.

Archive : fête "made in USA" pour l’investiture de Bill Clinton, avec entre autres Mickaël Jackson

1989 : Ronald Reagan – George Bush

Une première dans l’histoire des passations de pouvoir, car le lieu protocolaire change. Elle se fait maintenant sur la "Façade Ouest" du Capitole. Auparavant, les deux présidents se relayaient au "Portique Est" (et ce depuis Andrew Jackson, en 1829). A noter que les deux premiers chefs d’Etat de l’histoire américaine n’ont pas été investis à Washington. Mais à New York pour le premier, George Washington (un comble !) et à Philadelphie pour son successeur, à savoir John Adams. C’est Thomas Jefferson qui commencera à œuvrer dans l’actuelle capitale fédérale.

Les deux présidents sont des républicains, et la passation se fait donc tout naturellement.


A lire (et regarder) aussi : Les coulisses de l’histoire : Ronald Reagan – Un sacré président


 

Et avant ?

En 1981, Ronald Reagan, flamboyant républicain, prend la place de Jimmy Carter, très populaire démocrate et Prix Nobel de la paix.

Archive : petit état des lieux de la popularité des présidents, à l’occasion de l’arrivée de Ronald Reagan (1981)

Un sujet de Jean-Jacques Jespers.

Entre Richard Nixon et Gerald Ford, c’est évidemment une autre histoire. C’est le 9 août 1974 que républicain Ford devient le 38e président américain et prête officiellement serment devant le juge en chef des Etats-Unis. Fortuitement, car c’est à la suite de la démission de Richard Nixon, englué dans le scandale du Watergate, que le (tout récent) vice-président passe aux commandes de l’Etat.

La suite de l’histoire, ce sera donc pour ce jeudi 20 janvier 2020. La prestation de serment d’un Joe Biden non pas sous le regard de son prédécesseur mais de celui de Mike Pence, son vice-président, devrait avoir lieu vers 18 heures. Toute la rédaction de la RTBF sera évidemment sur le pont pour cet événement de tout premier plan.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK