Cuba: libération imminente d'un des prisonniers politiques refusant l'exil

Une rue de la Havane, le 24 février 2011
Une rue de la Havane, le 24 février 2011 - © Str

L'Eglise catholique cubaine a annoncé vendredi la libération imminente de Pedro Argüelles, un des cinq derniers prisonniers politiques cubains du groupe des 75 dissidents condamnés en 2003, qui jusqu'à présent refusait de s'exiler en échange de la liberté.

"Dans le cadre de la poursuite du processus de libération des prisonniers, nous informons de l'imminence de l'élargissement de Pedro Argüelles Moran", a annoncé dans un bref communiqué l'Eglise catholique, interlocuteur des autorités pour le processus de libération des prisonniers politiques.

M. Argüelles est un journaliste de 62 ans, correspondant de l'agence de presse clandestine CubaPress et militant de la dissidence cubaine depuis 1992. Il avait été condamné à 20 ans de prison dans le cadre d'un mouvement de répression contre 75 opposants arrêtés et condamnés au printemps 2003.

"Le cardinal (Jaime Ortega) lui a annoncé sa libération par téléphone. Ensuite, il m'a appelé et je l'attends", a expliqué à l'AFP son épouse Yolanda Vera, par téléphone de son domicile de Ciego de Avila, dans le centre de Cuba.

"S'il n'arrive pas aujourd'hui, je suppose que cela sera demain", a-t-elle ajouté en précisant que son mari souffrait d'une arthrose cervicale, d'une cataracte et de problèmes de circulation sanguine.

A la suite d'un dialogue inédit entre les autorités cubaines et l'Eglise, un accord avait été conclu portant sur la libération de 52 de ces opposants qui restaient en prison à l'été 2010. Depuis, 40 ont été libérés en échange d'un exil en Espagne. Sept autres ont été libérés et sont pour le moment restés à Cuba.

L'Eglise a par ailleurs annoncé la prochaine libération de sept détenus condamnés pour des affaires de droit commun liées à des tentatives de fuir Cuba et qui ne font pas partie des 75 condamnés du printemps 2003.

Les sept hommes - Lazaro Chacon, Luis Caro, Antonio Rodriguez, Agustin Cervantes, Ricardo Galvan, Luis Delis et Yoel Rodriguez - ont accepté de partir en Espagne en échange de leur libération.

Ils avaient tous été condamnés entre 1993 et 2009 notamment pour "actes de piraterie" après avoir tenté de détourner une embarcation ou un avion pour quitter Cuba.

Au total, 45 de ces prisonniers de droit commun ont été libérés depuis l'été dernier en échange d'un exil en Espagne.

L'Eglise catholique cubaine a annoncé vendredi la libération imminente de Pedro Argüelles, un des cinq derniers prisonniers politiques cubains du groupe des 75 dissidents condamnés en 2003, qui jusqu'à présent refusait de s'exiler en échange de la liberté.


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK