Crise en Catalogne: manifestations houleuses à Barcelone après l'arrestation de Puigdemont

Des milliers de séparatistes catalans sont descendus dimanche dans les rues de Barcelone, affirmant que l'arrestation en Allemagne de l'ancien président Carles Puigdemont n'arrêterait pas leur marche vers l'indépendance, les plus échauffés se heurtant à la police.

Alors qu'un cortège défilait tranquillement avec les traditionnels drapeaux indépendantistes, le ton est monté chez les manifestants convoqués par les Comités de défense de la République (CDR), un groupe radical qui prône la rupture avec l'Espagne sans attendre.

A proximité de la préfecture, certains ont lancé des poubelles en direction des policiers catalans, les Mossos d'Esquadra, qui ont repoussé la foule à coups de matraque et même tiré des coups de feu en l'air.

Les militants se sont retrouvés sur les Ramblas, célèbres avenues au centre de Barcelone, criant "Liberté pour les prisonniers politiques" ou "Puigdemont notre président".

"Ce qu'ils nous font est totalement démesuré. Ils nous traitent comme des criminels parce que nous réclamons l'indépendance", s'est exclamé les larmes au yeux Rosa Vela, une professeure de 60 años.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la délégation de la Commission européenne dans la métropole catalane, criant "Cette Europe est une honte ! ".

Heurts lors de la manifestation:

A Bruxelles aussi

250 personnes étaient présentes dimanche après-midi au rond-point Schuman à Bruxelles pour dénoncer la politique de l'Etat espagnol à l'égard des indépendantistes catalans. Carles Puigdemont a été arrêté dimanche à la frontière allemande alors qu'il quittait le Danemark. Il a été formellement inculpé vendredi de "rébellion", un délit passible de 30 ans de prison, avec 14 dirigeants séparatistes. Douze autres ont été inculpés de charges moins lourdes.

Parmi les personnes présentes à cette manifestation, des élus de la NVA mais aussi des membres de l'extrême-droite flamande.

Nuria Bordès de l'ANC, l'association nationale catalane, déplore l'attitude des autorités espagnole, et regrette que plusieurs responsables catalans soient toujours prisonniers ou en exil.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK