Crise du coronavirus : la communication par l’image du Vatican

Le Pape, seul, sous la pluie face à la place Saint-Pierre, brandissant le saint sacrement, symbole du bien contre le mal, pour implorer l’arrêt de la pandémie le 27 mars dernier. L’image restera un symbole de cette crise historique. Exceptionnellement, toutes les télévisions italiennes ont retransmis cet évènement, il a été vu par 17 millions de téléspectateurs en direct !

Francesco Grana, un vaticaniste qui écrit entre autres pour le journal 'Il fatto quotidiano' estime que ce record explique le sentiment des Italiens face à la crise du virus. "Cela signifie que deux télévisions sur 3 étaient allumées pour regarder le Pape, explique-t-il. Il y a un grand besoin de religion en ce moment, mais il faudra comprendre si après la pandémie ce besoin de religion continuera et comment il continuera."

François qui marche seul dans le centre de Rome, pour ensuite prier devant le crucifix miraculeux qui a sauvé la ville de la peste en 1522, ou devant l’icône de Maria salus popoli romani, la Madone qui protège des épidémies, cela ressemble presque à une mise en scène parfaite, digne d’un réalisateur de cinéma. Don Albo Buonaiuto, un prêtre journaliste affirme que ces gestes sont pensés par le Pape lui-même : "certes, Il y a une grande équipe de communicateurs qui le supporte et l’aide, pour préparer les cérémonies, mais l’originalité de tout ce qu’il fait, et tout ce qu’il se passe, tout cela naît certainement dans le cœur du Saint-Père lui-même !"

2 images
© HANDOUT / AFP

Habileté de communication

Pendant la messe de Pâques, ce dimanche, le pape François a choisi de ne pas prononcer d’homélie mais de rester en silence. Plus encore que les paroles ce sont en effet les gestes du Pape qui resteront gravés dans les mémoires de cette épidémie.

"Grâce à Dieu, il n’y a pas de cabine de régie de cinéma derrière cela, le Pape est spontané. Mais certainement ils ont dû s’asseoir autour d’une table pour décider comment organiser la semaine sainte ou déplacer le chemin de croix depuis le Colisée à la place Saint-Pierre, du jamais vu depuis 1964 !", explique Francesco Grana qui comme vaticaniste suit le Pape jour après jour.

Dans l’impossibilité de rassembler les fidèles pendant cette semaine sainte, le Vatican a privilégié la communication au travers des réseaux sociaux et la télévision. Mieux vaut une image forte qu’un long discours ! Un adage que le Vatican a mis en application dans la tourmente de cette épidémie, une habilité de communication par l’image que l’Église catholique maîtrise depuis des siècles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK