Crise des réfugiés: la Pologne rejette "l'exportation" du problème des migrants

Crise des réfugiés: la Pologne rejette "l'exportation" du problème des migrants
2 images
Crise des réfugiés: la Pologne rejette "l'exportation" du problème des migrants - © JANEK SKARZYNSKI - AFP

La nouvelle chef du gouvernement conservateur polonais Beata Szydlo a rejeté mercredi la formule de solidarité européenne consistant, selon elle, pour certains pays à "exporter le problème (des migrants) qu'ils se sont eux-mêmes créé".

"Il n'est pas possible d'appeler solidarité les tentatives d'exporter le problème" des migrants "que se sont créés certains pays, sans aucune participation des autres États qui doivent les prendre en charge", a déclaré Beata Szydlo dans sa déclaration de politique générale devant le parlement.

Lutte contre le terrorisme

Évoquant les attentats de Paris, la Première ministre a assuré que la Pologne participait étroitement à la lutte contre le terrorisme, et que "la sécurité des Polonais et des Polonaises était sa priorité".

En matière de "sécurité" et "politique étrangère", la Pologne "attache une importance particulière aux relations avec les Etats-Unis qui restent et qui (...) resteront le garant principal de la paix dans le monde", a-t-elle souligné.

Programme d'action

La Première ministre a également présenté le programme d'action des 100 premiers jours de son gouvernement, reprenant les grands thèmes de la campagne électorale du parti conservateur Droit et Justice (PiS), qui prévoient d'importantes dépenses publiques dénoncées par ses détracteurs comme potentiellement désastreuses pour les finances publiques.

Pour financer ces dépenses, ainsi qu'un vaste projet d'investissements dans le développement, l'innovation, la recherche et la réindustrialisation du pays, Mme Szydlo a annoncé notamment de nouvelles taxes sur les banques et les hypermarchés, une augmentation du déficit budgétaire, un vaste programme de prêts bancaires et d'exemptions fiscales et une perception plus efficace de la TVA.

En annonçant une vaste réforme du système d'éducation, Mme Szydlo a déclaré que la politique d'éducation et la politique culturelle devaient "servir au renforcement du patriotisme".

Enfin, elle a réaffirmé son attachement au charbon, qui fournit 90% de l'énergie électrique produite dans le pays, et annoncé la possible construction d'un deuxième terminal maritime gazier, près de Gdansk, pour assurer une indépendance d'approvisionnement en carburants.