Crise des migrants: un ministre grec qualifie Idomeni "de Dachau des temps modernes"

Le ministre grec de l'Intérieur Panagiotis Kouroublis.
Le ministre grec de l'Intérieur Panagiotis Kouroublis. - © ANGELOS TZORTZINIS - AFP

Le ministre grec de l'Intérieur Panagiotis Kouroublis a qualifié vendredi le camp de réfugiés d'Idomeni, à la frontière avec la Macédoine, "de Dachau des temps modernes", et dénoncé la fermeture des frontières.

"Je n'hésite pas à dire que (Idomeni) est le Dachau des temps modernes, le résultat de la logique des frontières fermées", a lancé le ministre lors d'une visite à ce camp. Au moins 12.000 réfugiés dont de nombreuses familles s'entassent depuis des jours, dans des conditions sordides, dans ce camp et ses alentours.

Dachau, près de Munich, a été le premier camp de concentration ouvert à l'époque nazie.

Les critiques de M. Kouroublis interviennent alors que les dirigeants des 28 pays de l'UE tentent à Bruxelles de convaincre la Turquie d'endiguer le flux des migrants et réfugiés en Europe, où ils entrent par la Grèce.

"Quiconque visite ce camp prend des coups à l'estomac", a-t-il déploré devant les médias. Il s'est engagé à renforcer les moyens policiers et médicaux sur place.

L'ONG "Safe passage stop wars" a déployé vendredi matin pour quelques minutes une banderole sur le rocher du monument de l'Acropole d'Athènes, où était inscrit "Open the borders", appelant l'UE à ouvrir les frontières.

Selon le gouvernement, plus de 46.000 réfugiés et migrants sont bloqués en Grèce, dont un quart à Idomeni, en raison de la fermeture il y a deux semaines de la frontière par la Macédoine, premier pays sur la route des Balkans empruntée jusqu'ici par les réfugiés à destination des pays de l'Europe du Nord.

Les pluies quotidiennes ont transformé le camp d'Idomeni en bourbier. Des milliers de réfugiés n'ont d'autre abri que leurs tentes plantées dans des champs inondés, le principal camp installé par des ONG étant débordé.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK